Malchanceux en début de saison, Matthews a patienté jusqu'à la fin avril pour décrocher son premier succès lors du prologue du Tour de Romandie. Il a ensuite remporté la 7e étape du BinckBank Tour dont il a terminé deuxième du général. "Je suis heureux d'être sur la plus haute marche du podium après plusieurs places d'honneur dans cette épreuve", a affirmé l'Australien 5e en 2016 et 3e en 2017. "Cela a une signification particulière pour moi car j'étais souvent tout près du but. Je peux donc en profiter et surtout après une saison comme celle-ci." "Dans le final, c'était un peu décousu et trépidant à la fois. Nous n'avons pas eu Peter Kennaugh tout de suite. J'étais en troisième position à 1 kilomètre de la ligne et j'étais un peu nerveux car j'avais peur de m'être retrouvé trop tôt en tête. C'est Enrico Gasparotto qui a lancé le sprint sur la droite, trop tôt et j'ai essayé de profiter de son sillage. Puis, Greg Van Avermaet est parti à gauche et j'ai dû faire un autre sprint. Finalement, je gagne et je suis très fier. Je remercie mon équipe, qui m'a bien entouré toute la journée et m'a parfaitement guidé. Sans elle, je n'aurais pas gagné. J'ai voyagé avec confiance jusqu'ici mais avec des adversaires pareils, on ne sait jamais", a commenté l'Australien. "Dieu merci. C'est formidable de décrocher cette victoire. Si je devais commencer 2019 avec le sentiment qui m'habitait lors de la première moitié de cette saison, cela aurait été très difficile. Maintenant, j'ai cette deuxième partie, qui me permet de rester positif après toute cette malchance. Je vais continuer à travailler et peut-être que je profiterai de ma fraîcheur par rapport aux autres coureurs, qui ont fait le Tour", a conclu Matthews. (Belga)

Malchanceux en début de saison, Matthews a patienté jusqu'à la fin avril pour décrocher son premier succès lors du prologue du Tour de Romandie. Il a ensuite remporté la 7e étape du BinckBank Tour dont il a terminé deuxième du général. "Je suis heureux d'être sur la plus haute marche du podium après plusieurs places d'honneur dans cette épreuve", a affirmé l'Australien 5e en 2016 et 3e en 2017. "Cela a une signification particulière pour moi car j'étais souvent tout près du but. Je peux donc en profiter et surtout après une saison comme celle-ci." "Dans le final, c'était un peu décousu et trépidant à la fois. Nous n'avons pas eu Peter Kennaugh tout de suite. J'étais en troisième position à 1 kilomètre de la ligne et j'étais un peu nerveux car j'avais peur de m'être retrouvé trop tôt en tête. C'est Enrico Gasparotto qui a lancé le sprint sur la droite, trop tôt et j'ai essayé de profiter de son sillage. Puis, Greg Van Avermaet est parti à gauche et j'ai dû faire un autre sprint. Finalement, je gagne et je suis très fier. Je remercie mon équipe, qui m'a bien entouré toute la journée et m'a parfaitement guidé. Sans elle, je n'aurais pas gagné. J'ai voyagé avec confiance jusqu'ici mais avec des adversaires pareils, on ne sait jamais", a commenté l'Australien. "Dieu merci. C'est formidable de décrocher cette victoire. Si je devais commencer 2019 avec le sentiment qui m'habitait lors de la première moitié de cette saison, cela aurait été très difficile. Maintenant, j'ai cette deuxième partie, qui me permet de rester positif après toute cette malchance. Je vais continuer à travailler et peut-être que je profiterai de ma fraîcheur par rapport aux autres coureurs, qui ont fait le Tour", a conclu Matthews. (Belga)