"Cela fait déjà un moment qu'il y a un travail mental", a expliqué Gigounon. "David travaille avec un nouveau coach, Ugo Blairon. Je pense que cela l'a aidé à positiver, à moins intérioriser tout le négatif. Ils effectuent un gros travail sur la manière de se comporter sur le terrain. David est passé par des périodes de doute et il fallait le convaincre qu'il pouvait encore y arriver. Il avait des doutes aussi sur son physique, il avait souvent mal au genou, pensait qu'il ne pourrait plus enchaîner. J'entendais des gens dire qu'il n'y était plus, mais j'étais persuadé qu'il s'agissait plus d'un manque de rythme. Et on l'a vu, dès qu'il a enchaîné des matches, même contre Rafa à Madrid, il a joué 3h10 et il était frais. Idem contre Hurkacz à Rome ou les deux matches ici. Contre Tiafoe, sur les derniers points, il court partout". Gigounon savoure, d'autant plus que lors des deux titres conquis par Goffin depuis le début leur collaboration, à Montpellier en 2021 et à Marrakech, en avril, le coach binchois n'était pas présent. "Ce n'est pas grave. Je lui ai même dit, 'Si tu veux aller à Roland sans moi, pas de souci'", a plaisanté Gigounon. "J'étais convaincu que cela passerait par des étapes et le fait de s'accrocher, car le travail était bien fait. Le déclic aurait pu se produire plus tôt, mais le plus important était de garder la tête froide et la confiance dans le travail". (Belga)

"Cela fait déjà un moment qu'il y a un travail mental", a expliqué Gigounon. "David travaille avec un nouveau coach, Ugo Blairon. Je pense que cela l'a aidé à positiver, à moins intérioriser tout le négatif. Ils effectuent un gros travail sur la manière de se comporter sur le terrain. David est passé par des périodes de doute et il fallait le convaincre qu'il pouvait encore y arriver. Il avait des doutes aussi sur son physique, il avait souvent mal au genou, pensait qu'il ne pourrait plus enchaîner. J'entendais des gens dire qu'il n'y était plus, mais j'étais persuadé qu'il s'agissait plus d'un manque de rythme. Et on l'a vu, dès qu'il a enchaîné des matches, même contre Rafa à Madrid, il a joué 3h10 et il était frais. Idem contre Hurkacz à Rome ou les deux matches ici. Contre Tiafoe, sur les derniers points, il court partout". Gigounon savoure, d'autant plus que lors des deux titres conquis par Goffin depuis le début leur collaboration, à Montpellier en 2021 et à Marrakech, en avril, le coach binchois n'était pas présent. "Ce n'est pas grave. Je lui ai même dit, 'Si tu veux aller à Roland sans moi, pas de souci'", a plaisanté Gigounon. "J'étais convaincu que cela passerait par des étapes et le fait de s'accrocher, car le travail était bien fait. Le déclic aurait pu se produire plus tôt, mais le plus important était de garder la tête froide et la confiance dans le travail". (Belga)