"Cela fait un moment que je ne l'ai plus rencontré", a-t-il confié à Belga au sujet de son prochain adversaire. "On connaît Andy Murray, toutes ses qualités, la panoplie de coups qu'il possède. C'est l'un des meilleurs contreurs du circuit, et il en avait besoin, car Basilashvili est capable de jouer un tennis incroyable. Quand il frappe des deux côtés, parfois, il joue tout seul et là il n'y a rien à faire. Il faut arriver à le contrer, à ce qu'il fasse des fautes, qu'il surjoue. Murray, s'il se sent bien, a les armes pour battre énormément de joueurs". Même s'il aura sans doute l'avantage de la fraîcheur physique, David Goffin sait qu'il peut s'attendre à une grande bagarre contre Andy Murray. L'Ecossais, 34 ans, ancien N.1 mondial et triple vainqueur de Grand Chelem, est en effet toujours déterminé à revenir au plus haut niveau après deux opérations à la hanche droite. "Mon niveau de jeu monte petit à petit. Il faut passer par là", a poursuivi le N.1 belge. "C'est encourageant. Maintenant, il n'y a rien de fait, il faut continuer à s'accrocher, à chaque match, et espérer que cela se passe aussi bien demain". (Belga)

"Cela fait un moment que je ne l'ai plus rencontré", a-t-il confié à Belga au sujet de son prochain adversaire. "On connaît Andy Murray, toutes ses qualités, la panoplie de coups qu'il possède. C'est l'un des meilleurs contreurs du circuit, et il en avait besoin, car Basilashvili est capable de jouer un tennis incroyable. Quand il frappe des deux côtés, parfois, il joue tout seul et là il n'y a rien à faire. Il faut arriver à le contrer, à ce qu'il fasse des fautes, qu'il surjoue. Murray, s'il se sent bien, a les armes pour battre énormément de joueurs". Même s'il aura sans doute l'avantage de la fraîcheur physique, David Goffin sait qu'il peut s'attendre à une grande bagarre contre Andy Murray. L'Ecossais, 34 ans, ancien N.1 mondial et triple vainqueur de Grand Chelem, est en effet toujours déterminé à revenir au plus haut niveau après deux opérations à la hanche droite. "Mon niveau de jeu monte petit à petit. Il faut passer par là", a poursuivi le N.1 belge. "C'est encourageant. Maintenant, il n'y a rien de fait, il faut continuer à s'accrocher, à chaque match, et espérer que cela se passe aussi bien demain". (Belga)