"Je suis déçu forcément, surtout que ce fut une grosse bagarre", a confié David Goffin. "J'aurais vraiment bien aimé gagner ce match. En outre, j'étais très bien entré dans la partie. Je jouais très vite, j'étais assez agressif, je lui mettais la pression et lui ne servait pas très bien. À l'arrivée, cela ne s'est pas joué à grand-chose. Ce furent quatre sets vraiment très accrochés. Le niveau de jeu était très élevé, je me sentais bien, mais lui aussi était en forme. Et finalement, c'est lui qui s'en sort avec un peu plus de réussite, un peu plus d'audace dans les moments importants". David Goffin, qui n'a plus semblé affecté par son blocage du bassin survenu lors de son deuxième tour contre Pierre-Hugues Herbert, n'est effectivement pas passé loin de devenir le premier joueur de 2020 à battre Andrey Rublev. Le match s'est sans doute joué à 6-2, 5-4 en faveur du Liégeois qui, lorsqu'il a pu servir pour mener deux sets à rien, n'a pas réussi à conclure. "C'est vrai que c'était un moment important", a reconnu le Belge. "J'ai un peu moins bien servi sur ce jeu-là et lui a très bien retourné. Et à 5-5, il ne m'a plus donné la moindre occasion pour gagner le set au tie-break. Ensuite, la confiance est revenue chez lui, il a commencé à trouver son rythme, à servir de mieux en mieux. Et il est resté très solide jusqu'à la fin. C'est tout à son honneur aussi, car il ne m'avait pas breaké jusque-là, et il a continué à y aller à fond et il n'a pas commis de fautes. J'ai encore eu un break d'avance au troisième set, mais il est bien revenu, il a saisi ses occasions. C'est dommage, cela aurait pu passer, mais ce fut un très bon match de tennis". Rublev sera opposé en 8es de finale à l'Allemand Alexander Zverev, 7e mondial, qui s'est montré intraitable pour écarter 6-2, 6-2, 6-4 l'Espagnol Fernando Verdasco (ATP 51), samedi au 3e tour. (Belga)

"Je suis déçu forcément, surtout que ce fut une grosse bagarre", a confié David Goffin. "J'aurais vraiment bien aimé gagner ce match. En outre, j'étais très bien entré dans la partie. Je jouais très vite, j'étais assez agressif, je lui mettais la pression et lui ne servait pas très bien. À l'arrivée, cela ne s'est pas joué à grand-chose. Ce furent quatre sets vraiment très accrochés. Le niveau de jeu était très élevé, je me sentais bien, mais lui aussi était en forme. Et finalement, c'est lui qui s'en sort avec un peu plus de réussite, un peu plus d'audace dans les moments importants". David Goffin, qui n'a plus semblé affecté par son blocage du bassin survenu lors de son deuxième tour contre Pierre-Hugues Herbert, n'est effectivement pas passé loin de devenir le premier joueur de 2020 à battre Andrey Rublev. Le match s'est sans doute joué à 6-2, 5-4 en faveur du Liégeois qui, lorsqu'il a pu servir pour mener deux sets à rien, n'a pas réussi à conclure. "C'est vrai que c'était un moment important", a reconnu le Belge. "J'ai un peu moins bien servi sur ce jeu-là et lui a très bien retourné. Et à 5-5, il ne m'a plus donné la moindre occasion pour gagner le set au tie-break. Ensuite, la confiance est revenue chez lui, il a commencé à trouver son rythme, à servir de mieux en mieux. Et il est resté très solide jusqu'à la fin. C'est tout à son honneur aussi, car il ne m'avait pas breaké jusque-là, et il a continué à y aller à fond et il n'a pas commis de fautes. J'ai encore eu un break d'avance au troisième set, mais il est bien revenu, il a saisi ses occasions. C'est dommage, cela aurait pu passer, mais ce fut un très bon match de tennis". Rublev sera opposé en 8es de finale à l'Allemand Alexander Zverev, 7e mondial, qui s'est montré intraitable pour écarter 6-2, 6-2, 6-4 l'Espagnol Fernando Verdasco (ATP 51), samedi au 3e tour. (Belga)