"Je ne regrette pas mon choix. Il n'y avait pas trente-six solutions", a-t-il confié. "J'aimais bien Doha, je voulais jouer à Doha et Dubai était dès lors une suite logique. Il faut prévoir tellement de choses des semaines à l'avance. C'est clair que ce n'était pas facile, mais je me suis dit 'on essaie'. Là, je vais avoir quelques jours avant de partir à Miami. Et je pense que cela va me faire du bien, car je viens d'enchaîner quatre semaines d'affilée avec des matches, des voyages, des quarantaines... Physiquement, ce n'était pas évident. J'espère bien récupérer et faire un bon tournoi de Miami." Beaucoup de joueurs ont choisi de zapper le tournoi de Miami cette année, considérant qu'il ne vaut pas la peine de faire un long voyage aux États-Unis pour un seul tournoi, aussi prestigieux soit-il. Rafael Nadal (ATP 3), Dominic Thiem (ATP 4) et Roger Federer (ATP 5) brilleront ainsi notamment par leur absence en Floride. David Goffin, lui, s'y rendra tout de même. "Si tout le monde se retire, c'est que c'est très dur d'y aller. Surtout que si on joue bien, on n'aura qu'une semaine pour préparer la saison sur terre battue. C'est compliqué de faire 19 heures de voyage pour aller là-bas. Je ne suis pas prêt d'être en vacances", sourit-il. "C'est clair que c'est ridicule comme programme, mais après, on a l'occasion de jouer, c'est un gros tournoi, c'est un Masters 1000. C'est important. Les conditions à Miami sont généralement agréables aussi. Maintenant, je comprends les autres. Rafa et Thiem, ils pensent déjà la terre battue, car c'est leur objectif de l'année. Je ne sais pas si cela m'offre des opportunités. Chaque match est difficile. Je l'ai encore vu ici. Je sais que si je suis dans la bagarre, que je réussis à produire mon meilleur tennis, je peux gagner beaucoup de matches, mais il faudra les gagner." (Belga)

"Je ne regrette pas mon choix. Il n'y avait pas trente-six solutions", a-t-il confié. "J'aimais bien Doha, je voulais jouer à Doha et Dubai était dès lors une suite logique. Il faut prévoir tellement de choses des semaines à l'avance. C'est clair que ce n'était pas facile, mais je me suis dit 'on essaie'. Là, je vais avoir quelques jours avant de partir à Miami. Et je pense que cela va me faire du bien, car je viens d'enchaîner quatre semaines d'affilée avec des matches, des voyages, des quarantaines... Physiquement, ce n'était pas évident. J'espère bien récupérer et faire un bon tournoi de Miami." Beaucoup de joueurs ont choisi de zapper le tournoi de Miami cette année, considérant qu'il ne vaut pas la peine de faire un long voyage aux États-Unis pour un seul tournoi, aussi prestigieux soit-il. Rafael Nadal (ATP 3), Dominic Thiem (ATP 4) et Roger Federer (ATP 5) brilleront ainsi notamment par leur absence en Floride. David Goffin, lui, s'y rendra tout de même. "Si tout le monde se retire, c'est que c'est très dur d'y aller. Surtout que si on joue bien, on n'aura qu'une semaine pour préparer la saison sur terre battue. C'est compliqué de faire 19 heures de voyage pour aller là-bas. Je ne suis pas prêt d'être en vacances", sourit-il. "C'est clair que c'est ridicule comme programme, mais après, on a l'occasion de jouer, c'est un gros tournoi, c'est un Masters 1000. C'est important. Les conditions à Miami sont généralement agréables aussi. Maintenant, je comprends les autres. Rafa et Thiem, ils pensent déjà la terre battue, car c'est leur objectif de l'année. Je ne sais pas si cela m'offre des opportunités. Chaque match est difficile. Je l'ai encore vu ici. Je sais que si je suis dans la bagarre, que je réussis à produire mon meilleur tennis, je peux gagner beaucoup de matches, mais il faudra les gagner." (Belga)