Ainsi en ont décidé les organisateurs, après consultation des autorités locales. Des bagarres ont en effet fait chavirer la Trixxo Arena avant, puis au cours d'un précédent combat de lourds, opposant Badr Hari, un amstellodamois de 37 ans d'origine marocaine, au Polonais Arkadiusz Wrzosek, qui l'avait battu par KO au quatrième round en septembre. Il se disait dans l'entourage d'Hari que celui-ci mettrait probablement un terme à sa carrière en cas de nouvel échec. Après un bon début, Hari (106 victoires), qui restait sur une série de quatre défaites consécutives, a été compté huit. Il avait reçu un coup de genou sur le menton, et a eu du mal à terminer le deuxième round. Mais il aurait pu récupérer pendant la vingtaine de minutes d'interruption, provoquée par de nouvelles bagarres dans la salle. Une interruption qui a finalement été définitive. Wrzosek était soutenu par des supporters d'ADO La Haye, un club de football de deuxième division néerlandaise, dont il est lui-même un ardent fan, très amis avec ceux du Legia Varsovie, et des compatriotes. Hari avait lui aussi drainé une imposante colonie de supporters venus le soutenir en Belgique. Les agents de sécurité ont éprouvé les pires difficultés à séparer les deux camps, au cours d'une soirée qui a tourné au fiasco total. (Belga)

Ainsi en ont décidé les organisateurs, après consultation des autorités locales. Des bagarres ont en effet fait chavirer la Trixxo Arena avant, puis au cours d'un précédent combat de lourds, opposant Badr Hari, un amstellodamois de 37 ans d'origine marocaine, au Polonais Arkadiusz Wrzosek, qui l'avait battu par KO au quatrième round en septembre. Il se disait dans l'entourage d'Hari que celui-ci mettrait probablement un terme à sa carrière en cas de nouvel échec. Après un bon début, Hari (106 victoires), qui restait sur une série de quatre défaites consécutives, a été compté huit. Il avait reçu un coup de genou sur le menton, et a eu du mal à terminer le deuxième round. Mais il aurait pu récupérer pendant la vingtaine de minutes d'interruption, provoquée par de nouvelles bagarres dans la salle. Une interruption qui a finalement été définitive. Wrzosek était soutenu par des supporters d'ADO La Haye, un club de football de deuxième division néerlandaise, dont il est lui-même un ardent fan, très amis avec ceux du Legia Varsovie, et des compatriotes. Hari avait lui aussi drainé une imposante colonie de supporters venus le soutenir en Belgique. Les agents de sécurité ont éprouvé les pires difficultés à séparer les deux camps, au cours d'une soirée qui a tourné au fiasco total. (Belga)