"Je suis tombé du ciel quand j'ai entendu cette rumeur", a déclaré Eric Gerets dans la Dernière Heure de ce mercredi. "Tous les journalistes m'appellent. La télévision belge m'a appelé parce qu'on m'a vu à l'aéroport ce matin à Bruxelles. Cela m'emmerde un petit peu, on est en train de préparer les deux matches qui sont super importants pour l'équipe nationale marocaine. C'est un cirque pour rien. Tout le monde sait que j'ai un contrat jusqu'en 2014 et que je compte le finir."

Le Lion de Rekem confirme cependant, toujours dans la DH, qu'il ne ferme pas définitivement la porte des Diables Rouges. Les choses peuvent vite évoluer. "Je ne sais pas ce qui va se passer si les deux matches (du Maroc le 2 juin en Gambie et le 9 contre la Côte d'Ivoire) ne devaient pas se terminer d'une manière positive. Moi, malgré tout, j'aurai envie de continuer si on me laisse faire mon travail. Mais si la Fédération marocaine dit : 'Écoute Eric, on va se quitter à l'amiable', beaucoup de choses peuvent se passer. Mais je suis optimiste, si on prend 4 points sur 6 ou 6 sur 6, on sera très bien parti et il n'y aura aucune raison de quitter le Maroc."

Une chose est sûre aux yeux d'Eric Gerets : l'entraîneur qui coachera les Diables Rouges aura certes du travail mais il disposera également d'un groupe qui recèle énormément de qualité. "C'est le meilleur potentiel. Malgré ce potentiel, les résultats n'ont pas été à la hauteur. Il manque le dernier petit truc. Travailler avec un groupe comme cela, bien sûr que c'est un rêve. Car beaucoup mieux, tu ne peux pas avoir."

Sportfootmagazine.be

"Je suis tombé du ciel quand j'ai entendu cette rumeur", a déclaré Eric Gerets dans la Dernière Heure de ce mercredi. "Tous les journalistes m'appellent. La télévision belge m'a appelé parce qu'on m'a vu à l'aéroport ce matin à Bruxelles. Cela m'emmerde un petit peu, on est en train de préparer les deux matches qui sont super importants pour l'équipe nationale marocaine. C'est un cirque pour rien. Tout le monde sait que j'ai un contrat jusqu'en 2014 et que je compte le finir."Le Lion de Rekem confirme cependant, toujours dans la DH, qu'il ne ferme pas définitivement la porte des Diables Rouges. Les choses peuvent vite évoluer. "Je ne sais pas ce qui va se passer si les deux matches (du Maroc le 2 juin en Gambie et le 9 contre la Côte d'Ivoire) ne devaient pas se terminer d'une manière positive. Moi, malgré tout, j'aurai envie de continuer si on me laisse faire mon travail. Mais si la Fédération marocaine dit : 'Écoute Eric, on va se quitter à l'amiable', beaucoup de choses peuvent se passer. Mais je suis optimiste, si on prend 4 points sur 6 ou 6 sur 6, on sera très bien parti et il n'y aura aucune raison de quitter le Maroc."Une chose est sûre aux yeux d'Eric Gerets : l'entraîneur qui coachera les Diables Rouges aura certes du travail mais il disposera également d'un groupe qui recèle énormément de qualité. "C'est le meilleur potentiel. Malgré ce potentiel, les résultats n'ont pas été à la hauteur. Il manque le dernier petit truc. Travailler avec un groupe comme cela, bien sûr que c'est un rêve. Car beaucoup mieux, tu ne peux pas avoir."Sportfootmagazine.be