"L'actionnaire majoritaire poursuit, comme prévu, les investissements nécessaires au bon fonctionnement du Royal Excel Mouscron", peut-on lire dans un communiqué de presse vendredi.

La survie de Mouscron est cependant en danger, car le club n'a pas obtenu de licence professionnelle de la Commission des licences de l'Union belge de football. Les Hennuyers vont bientôt aller en appel pour la sixième fois en sept ans devant la CBAS (Cour belge d'arbitrage pour le sport).

"Il apporte toutes les pièces nécessaires afin de démontrer que le club est en mesure d'assurer sa continuité en D1B et d'obtenir la licence de football professionnel. Il a également affirmé son intention de composer une équipe compétitive pour la saison prochaine afin de rejoindre le plus rapidement possible la D1A tout en poursuivant le développement du Futurosport."

"L'actionnaire majoritaire poursuit, comme prévu, les investissements nécessaires au bon fonctionnement du Royal Excel Mouscron", peut-on lire dans un communiqué de presse vendredi.La survie de Mouscron est cependant en danger, car le club n'a pas obtenu de licence professionnelle de la Commission des licences de l'Union belge de football. Les Hennuyers vont bientôt aller en appel pour la sixième fois en sept ans devant la CBAS (Cour belge d'arbitrage pour le sport). "Il apporte toutes les pièces nécessaires afin de démontrer que le club est en mesure d'assurer sa continuité en D1B et d'obtenir la licence de football professionnel. Il a également affirmé son intention de composer une équipe compétitive pour la saison prochaine afin de rejoindre le plus rapidement possible la D1A tout en poursuivant le développement du Futurosport."