"Gagner un Grand Chelem représenterait un bel aboutissement dans ma carrière", a-t-il déclaré à Belga en prélude à cette finale. "Ce serait quelque chose de formidable et un grand pas vers l'aboutissement final, qui est celui de devenir N.1 mondial. Sur le site de l'ITF, il est mentionné que je l'ai déjà été, mais ce n'est pas vrai. C'est une erreur informatique. Et pour y arriver, forcément, cela passe par gagner des tournois du Grand Chelem et réaliser des saisons constantes. La terre battue n'est peut-être pas la surface la mieux adaptée à mon jeu, mais je suis quelqu'un de polyvalent et j'ai prouvé en battant Kunieda que je suis capable de bien jouer." Entre Joachim Gérard et ce premier titre en Grand Chelem, se dresse donc désormais Alfie Hewett. Vainqueur de l'Argentin Gustavo Fernandez (ITF 2), le tenant du trophée, le droitier de Norwich est peut-être le joueur qui a le plus progressé ces dernières années. Finaliste à l'US Open, il mène 12-10 aux confrontations directes contre le Brabançon. Sur terre battue, les deux joueurs en sont à une victoire partout. "Alfie est quelqu'un de très costaud", a-t-il poursuivi. "Comme moi, il est très complet. C'est d'ailleurs ici à Roland-Garros qu'il a remporté son premier Grand Chelem (ndlr: il a ajouté par la suite l'US Open en 2018 et 2019). J'ai sans doute un meilleur service que lui, mais il est peut-être un peu plus solide du fond du court. Pour le reste, il n'y a pas beaucoup de différence. Nous sommes deux joueurs agressifs et je m'attends donc à une grande bataille. Je vais essayer de ne pas penser qu'il s'agit d'une finale et me donner à fond sur chaque point. Et si je perds, je perds. Le plus important, ce sera la manière. Quoi qu'il arrive, je veux sortir la tête haute." (Belga)

"Gagner un Grand Chelem représenterait un bel aboutissement dans ma carrière", a-t-il déclaré à Belga en prélude à cette finale. "Ce serait quelque chose de formidable et un grand pas vers l'aboutissement final, qui est celui de devenir N.1 mondial. Sur le site de l'ITF, il est mentionné que je l'ai déjà été, mais ce n'est pas vrai. C'est une erreur informatique. Et pour y arriver, forcément, cela passe par gagner des tournois du Grand Chelem et réaliser des saisons constantes. La terre battue n'est peut-être pas la surface la mieux adaptée à mon jeu, mais je suis quelqu'un de polyvalent et j'ai prouvé en battant Kunieda que je suis capable de bien jouer." Entre Joachim Gérard et ce premier titre en Grand Chelem, se dresse donc désormais Alfie Hewett. Vainqueur de l'Argentin Gustavo Fernandez (ITF 2), le tenant du trophée, le droitier de Norwich est peut-être le joueur qui a le plus progressé ces dernières années. Finaliste à l'US Open, il mène 12-10 aux confrontations directes contre le Brabançon. Sur terre battue, les deux joueurs en sont à une victoire partout. "Alfie est quelqu'un de très costaud", a-t-il poursuivi. "Comme moi, il est très complet. C'est d'ailleurs ici à Roland-Garros qu'il a remporté son premier Grand Chelem (ndlr: il a ajouté par la suite l'US Open en 2018 et 2019). J'ai sans doute un meilleur service que lui, mais il est peut-être un peu plus solide du fond du court. Pour le reste, il n'y a pas beaucoup de différence. Nous sommes deux joueurs agressifs et je m'attends donc à une grande bataille. Je vais essayer de ne pas penser qu'il s'agit d'une finale et me donner à fond sur chaque point. Et si je perds, je perds. Le plus important, ce sera la manière. Quoi qu'il arrive, je veux sortir la tête haute." (Belga)