"Je pense que je suis désormais en bonne position", a confié le Gallois. "Mais cela ne change pas l'approche mentale à avoir. Il faut continuer à vivre la course au jour le jour. Aujourd'hui, je me sentais de mieux en mieux au fil des ascensions. On était encore nombreux dans l'équipe, Bernal a été très efficace, il court comme un équipier modèle, il gagnera le Tour un jour. Chris Froome m'a dit qu'il n'était pas super par la radio. Nous sommes honnêtes l'un envers l'autre, des bons amis. Il était hors de question que je l'attaque. Cela m'a donné à penser que si lui était mal, les autres aussi devaient l'être. J'ai suivi Roglic et Dumoulin quand ils ont accéléré. Et dans le final j'ai réussi à creuser un petit écart. C'est un très joli bonus. Je ne vais pas me laisser griser, je ne vais pas verser dans l'autosatisfaction. Chris a perdu un peu de temps aujourd'hui mais on va continuer à bien courir en tant qu'équipe. C'est notre force." (Belga)

"Je pense que je suis désormais en bonne position", a confié le Gallois. "Mais cela ne change pas l'approche mentale à avoir. Il faut continuer à vivre la course au jour le jour. Aujourd'hui, je me sentais de mieux en mieux au fil des ascensions. On était encore nombreux dans l'équipe, Bernal a été très efficace, il court comme un équipier modèle, il gagnera le Tour un jour. Chris Froome m'a dit qu'il n'était pas super par la radio. Nous sommes honnêtes l'un envers l'autre, des bons amis. Il était hors de question que je l'attaque. Cela m'a donné à penser que si lui était mal, les autres aussi devaient l'être. J'ai suivi Roglic et Dumoulin quand ils ont accéléré. Et dans le final j'ai réussi à creuser un petit écart. C'est un très joli bonus. Je ne vais pas me laisser griser, je ne vais pas verser dans l'autosatisfaction. Chris a perdu un peu de temps aujourd'hui mais on va continuer à bien courir en tant qu'équipe. C'est notre force." (Belga)