"La semaine prochaine, j'ai 71 ans. Cela a été beau. Je quitte mon job d'entraîneur, et je veux à présent enfin profiter de plus de temps pour moi et ma famille. Le football m'a pris tout mon temps. Je veux profiter à présent, mais je continuerai à suivre le football bien sûr", a confié Georges Leekens à l'Agence Belga.

Après sa carrière de joueur à Sint-Niklaas, ce technicien limbourgeois a entamé une carrière d'entraîneur au Cercle de Bruges. "Le début d'une très longue carrière d'entraîneur. J'ai toujours travaillé avec beaucoup d'enthousiasme, de panache et d'intégrité. J'ai toujours aimé l'aventure. J'ai été dans beaucoup de clubs, dans beaucoup de pays. J'ai reçu en retour beaucoup de reconnaissance et de respect. J'ai vu grandir pas mal de jeunes joueurs. Après 36 années de carrière, j'ai décidé d'arrêter. Nous sommes dans une crise du coronavirus. J'ai vécu un peu le même avec le virus ebola quand j'étais en Tunisie".

Les nombreux faits d'armes de Georges Leekens n'ont pas manqué. L'homme en retiendra quelques uns, mais "il est difficile d'en retenir un ou deux. Je pense quand même à ma période comme sélectionneur national avec les Diables Rouges et la qualification pour la Coupe du monde 2010 en France. J'ai eu du très bon temps aussi avec Mouscron. Nous sommes montés en division 1 et cela a de suite fonctionné. Il y encore énormément de souvenirs que ce soit en Belgique ou à l'étranger, impossible de tous les citer. Pour moi, entraîner n'était pas un travail, c'était une passion. Je l'ai fait toujours avec plaisir et à fond, comme je suis."

"La semaine prochaine, j'ai 71 ans. Cela a été beau. Je quitte mon job d'entraîneur, et je veux à présent enfin profiter de plus de temps pour moi et ma famille. Le football m'a pris tout mon temps. Je veux profiter à présent, mais je continuerai à suivre le football bien sûr", a confié Georges Leekens à l'Agence Belga. Après sa carrière de joueur à Sint-Niklaas, ce technicien limbourgeois a entamé une carrière d'entraîneur au Cercle de Bruges. "Le début d'une très longue carrière d'entraîneur. J'ai toujours travaillé avec beaucoup d'enthousiasme, de panache et d'intégrité. J'ai toujours aimé l'aventure. J'ai été dans beaucoup de clubs, dans beaucoup de pays. J'ai reçu en retour beaucoup de reconnaissance et de respect. J'ai vu grandir pas mal de jeunes joueurs. Après 36 années de carrière, j'ai décidé d'arrêter. Nous sommes dans une crise du coronavirus. J'ai vécu un peu le même avec le virus ebola quand j'étais en Tunisie". Les nombreux faits d'armes de Georges Leekens n'ont pas manqué. L'homme en retiendra quelques uns, mais "il est difficile d'en retenir un ou deux. Je pense quand même à ma période comme sélectionneur national avec les Diables Rouges et la qualification pour la Coupe du monde 2010 en France. J'ai eu du très bon temps aussi avec Mouscron. Nous sommes montés en division 1 et cela a de suite fonctionné. Il y encore énormément de souvenirs que ce soit en Belgique ou à l'étranger, impossible de tous les citer. Pour moi, entraîner n'était pas un travail, c'était une passion. Je l'ai fait toujours avec plaisir et à fond, comme je suis."