"Genk dispose de fonds propres relativement élevés, de bénéfices très corrects et d'une masse salariale assez basse par rapport à son chiffre d'affaires", détaille M. Kesenne. "Après le Racing, le club qui se porte le mieux d'un point de vue financier est le Standard. Anderlecht, par contre, a des capitaux propres très limités et des dettes importantes. Le Club de Bruges est dans le même cas."

Les dettes respectives du Standard et d'Anderlecht, qui s'élèvent à 24 et 32 millions d'euros, ne sont pas vraiment inquiétantes, selon l'économiste de l'université d'Anvers. Par contre, la situation générale des membres de la première division n'est "pas vraiment bonne".

Selon les calculs du quotidien, le montant global des dettes à court et long terme des clubs de D1 s'élèvent à 185 millions d'euros. "La moitié des clubs ont fini la saison dernière avec des pertes. Pourtant, ils bénéficient presque tous de larges subsides et de faveurs dans le règlement des pensions."

La Belgique est cependant "en avance pour le fair-play financier", selon le professeur en management de l'UCL Thierry Zintz. La règle, portée par le président de l'UEFA Michel Platini, prévoit notamment qu'un club ne peut pas dépenser plus qu'il ne gagne. Les premières sanctions sont tombées en 2012.

"Genk dispose de fonds propres relativement élevés, de bénéfices très corrects et d'une masse salariale assez basse par rapport à son chiffre d'affaires", détaille M. Kesenne. "Après le Racing, le club qui se porte le mieux d'un point de vue financier est le Standard. Anderlecht, par contre, a des capitaux propres très limités et des dettes importantes. Le Club de Bruges est dans le même cas." Les dettes respectives du Standard et d'Anderlecht, qui s'élèvent à 24 et 32 millions d'euros, ne sont pas vraiment inquiétantes, selon l'économiste de l'université d'Anvers. Par contre, la situation générale des membres de la première division n'est "pas vraiment bonne". Selon les calculs du quotidien, le montant global des dettes à court et long terme des clubs de D1 s'élèvent à 185 millions d'euros. "La moitié des clubs ont fini la saison dernière avec des pertes. Pourtant, ils bénéficient presque tous de larges subsides et de faveurs dans le règlement des pensions." La Belgique est cependant "en avance pour le fair-play financier", selon le professeur en management de l'UCL Thierry Zintz. La règle, portée par le président de l'UEFA Michel Platini, prévoit notamment qu'un club ne peut pas dépenser plus qu'il ne gagne. Les premières sanctions sont tombées en 2012.