Retrouvez cet article en intégralité dans notre magazine de la semaine, dispo dès demain en librairie.
...

Le journal De Tijd a lancé une bombe en annonçant que Gand était à vendre. Le quotidien néerlandophone a expliqué que le président Ivan De Witte et Michel Louwagie étaient sur le départ, qu'un investisseur américain et le propriétaire de Cookware étaient prêts à reprendre le club. De Witte a vite réagi : "Nous avons déjà été contactés à deux reprises dans le passé et nous avons refusé. Notre club est sain et solide. Nous n'en pensons pas moins à l'avenir, car le paysage footballistique change fortement. Nous devons assurer la continuité et un support financier qui nous permette de rester compétitifs."Gand a un trésor de guerre de 25 millions et une dette bancaire modeste de 25,5 millions, grâce aux ventes de Jonathan David (à Lille pour 27 millions en 2020) et Roman Yaremchuk (en juillet pour 17 millions et 25% des droits de transfert). Gand a toutefois été touché par les conséquences de la pandémie et a perdu vingt millions. Faute de mécène et à cause de son statut de coopérative, le club est obligé de vendre ses meilleurs joueurs chaque année. Et c'est là que le bât blesse. Elisha Owusu et Alessio Castro-Montes valent cinq millions, et le prix de Giorgi Chakvetadze a chuté à trois millions suite de longs mois de blessures. De Witte cherche des solutions. "Mais il peut s'écouler des années avant que nous ne trouvions un interlocuteur ancré en Belgique, si possible à Gand, doté de capitaux transparents." Le sponsor principal, VDK Bank, a lancé un communiqué sur Facebook : "Le club n'est pas une marchandise, mais un patrimoine gantois. C'est pour cela que la ville et la banque l'ont toujours soutenu. Nous n'accepterons jamais une vente."