"C'est mon deuxième trophée", a reconnu ce Liégeois de 70 ans qui s'occupe depuis 9 ans de Nafissatou Thiam. "J'avais reçu le Spike d'Or en 1969. J'ai fait trois jeux Olympiques aussi (à Mexico 1968, Munich 1972 et Montréal 1976, ndlr), dont les premiers à 21 ans, mais j'étais 15e. Là, Nafi n'a que 22 ans et elle est déjà première. Je lui souhaite donc de faire encore une 2e fois, puis une 3e fois les jeux Olympiques, mais en gardant la première place. Cela fait 47 ans que j'entraîne et j'ai acquis beaucoup d'expérience. Cela a servi à de nombreux athlètes, et donc à Nafi aussi. Ce qu'elle fait est vraiment exceptionnel. Elle travaille beaucoup, je n'aurais pas pensé qu'elle puisse gagner l'or. J'avais tablé entre la 3e et la 7e place (qui aurait été, c'est vrai, une déception), mais nous avons bien travaillé pour corriger les erreurs et je sais qu'elle a encore une grandd marge de progression." (Belga)

"C'est mon deuxième trophée", a reconnu ce Liégeois de 70 ans qui s'occupe depuis 9 ans de Nafissatou Thiam. "J'avais reçu le Spike d'Or en 1969. J'ai fait trois jeux Olympiques aussi (à Mexico 1968, Munich 1972 et Montréal 1976, ndlr), dont les premiers à 21 ans, mais j'étais 15e. Là, Nafi n'a que 22 ans et elle est déjà première. Je lui souhaite donc de faire encore une 2e fois, puis une 3e fois les jeux Olympiques, mais en gardant la première place. Cela fait 47 ans que j'entraîne et j'ai acquis beaucoup d'expérience. Cela a servi à de nombreux athlètes, et donc à Nafi aussi. Ce qu'elle fait est vraiment exceptionnel. Elle travaille beaucoup, je n'aurais pas pensé qu'elle puisse gagner l'or. J'avais tablé entre la 3e et la 7e place (qui aurait été, c'est vrai, une déception), mais nous avons bien travaillé pour corriger les erreurs et je sais qu'elle a encore une grandd marge de progression." (Belga)