Gaëtan Coucke n'est pas un footballeur comme Romelu Lukaku qui veut voir tous les matches possibles et imaginable. "J'ai regardé Villarreal-Liverpool jusqu'à l'égalisation des Reds à 2-2. Puis le suspense a disparu, alors je me suis endormi. Pour un match ordinaire du championnat belge, je n'allume même pas ma télé, mais pour Liverpool... Ils sont vraiment impressionnants en ce moment. J'ai joué contre eux avec Genk en Ligue des champions. Ces gars-là sont quelques niveaux au-dessus. Ils pensent plus vite, voient tout plus vite... Bien que Salzbourg avec Erling Haaland était une fameuse équipe à l'époque. Nous avions d'ailleurs été surpris par eux à l'époque.", raconte Gaetan Coucke qui confirme les propos tenus quelques semaines plus tôt dans notre magazine par Felice Mazzu.
...

Gaëtan Coucke n'est pas un footballeur comme Romelu Lukaku qui veut voir tous les matches possibles et imaginable. "J'ai regardé Villarreal-Liverpool jusqu'à l'égalisation des Reds à 2-2. Puis le suspense a disparu, alors je me suis endormi. Pour un match ordinaire du championnat belge, je n'allume même pas ma télé, mais pour Liverpool... Ils sont vraiment impressionnants en ce moment. J'ai joué contre eux avec Genk en Ligue des champions. Ces gars-là sont quelques niveaux au-dessus. Ils pensent plus vite, voient tout plus vite... Bien que Salzbourg avec Erling Haaland était une fameuse équipe à l'époque. Nous avions d'ailleurs été surpris par eux à l'époque.", raconte Gaetan Coucke qui confirme les propos tenus quelques semaines plus tôt dans notre magazine par Felice Mazzu.GAËTAN COUCKE :"Désigner l'adversaire le plus difficile maintenant... (il réfléchit) Notre match le plus difficile a certainement été celui contre Anderlecht, le fameux 7-2. En première mi-temps, nous avons bien joué. Dans le vestiaire, on se disait qu'il fallait juste effectuer quelques ajustements pour prendre le dessus, et puis la deuxième mi-temps est arrivée.... Ils ont immédiatement enchaîné les buts. Je ne suis pas prêt d'oublier ce match."En parlant de rencontres spectaculaires. Le week-end dernier, contre Genk, le spectateur neutre s'est bien amusé, même si ça n'a pas dû être le cas pour vous. COUCKE:"Oui, ça a dû être génial à suivre pour les spectateurs neutres. Il est certain que le dernier quart d'heure a été difficile pour nous. On égalise à 2-2 et après on se dit : on donne tout pour ce point, on ne va pas à nouveau laisser filer la victoire. Et puis, on commet trois erreurs en un court laps de temps. A la fin, on s'incline 4-2. Des erreurs stupides comme celles-là nous coûtent cher."COUCKE :"J'ai un double sentiment à ce sujet. Notre objectif était de nous qualifier pour les Play-offs et de jouer un beau football. Nous avons réussi, mais nous devons aussi être plus solides défensivement. Car si on ne parvient pas à marquer, on peut toujours espérer garder le zéro derrière. Mais si vous voyez notre jeu cette saison, je pense que c'était amusant à regarder pour le public."COUCKE:"Nous savons que ce sera difficile, mais la conviction est là. Si nous gagnons ces deux matches, tout sera différent. Tant que c'est encore mathématiquement possible, nous devons tout faire pour y arriver."COUCKE : "Au début de la saison, pas vraiment, mais quand nous étions à quelques points de la première place des Playoffs à la fin, c'est devenu une vraie motivation. Je pense que nous aurions pu figurer dans le top 4. Nous avons gagné contre toutes les meilleures équipes et nous avons même battu l'Union à deux reprises, une fois en championnat et une fois en coupe. Nous n'avons pas réussi à marquer suffisamment de points lors des dernières rencontres et nous avons concédé trop de partages alors que nous aurions pu remporter ces matches. Il est donc dommage de commencer les Playoffs avec un tel retard sur La Gantoise, alors que nous aurions pu terminer quatrième ou cinquième à la fin de la phase classique. C'est un peu une déception dans ce sens."COUCKE : "Je pense que oui. Peut-être aurions-nous dû placer la barre un peu plus haut en début de saison. Nous n'avions qu'à foncer, alors que nous n'avions que les play-offs 2 comme objectif. Nous sommes donc satisfaits de la saison, mais je suis convaincu que nous aurions pu faire mieux."COUCKE :" Je sens que j'ai effectué beaucoup de progrès. Les supporters m'ont souvent désigné homme du match, et ce n'est pas sans raison. J'espère continuer sur cette lancée lors des derniers duels des Playoffs."La saison dernière, vous aviez tout joué lors de la première partie de saison avant de perdre votre place lors de la seconde en raison d'une blessure. Qu'est-ce qui a changé cet été pour que vous soyez à nouveau le numéro 1 du FC Malines ?COUCKE :"Je suis sorti à cause d'une blessure au ménisque. La revalidation se déroulait pendant la période des vacances. J'ai donc mis à profit ces semaines pour commencer la saison en pleine forme. Après quatre mois sur la touche, je suis revenu dans le groupe à un bon niveau et j'ai réalisé une bonne préparation. L'entraîneur a alors décidé de me choisir comme premier gardien de but. J'ai saisi cette opportunité à deux mains."COUCKE :" Après un bon prêt en D1B, je suis revenu à Genk en tant que doublure de Danny Vukovic. Il s'est gravement blessé et le club a décidé de m'accorder une chance. Après le premier match, j'ai reçu beaucoup de confiance de la part du club. Il m'a promis qu'il ne ferait pas venir de nouveau gardien pour remplacer Vukovic. C'était une belle marque de confiance à mon égard, mais nous savions tous que la saison allait être difficile après le départ de plusieurs joueurs importants qui avaient permis de remporter le titre de champion. C'est ce qui s'est passé. Les résultats n'ont pas suivi et j'ai eu l'impression d'avoir été le bouc émissaire de cette situation . Je n'avais aucune expérience du haut niveau, encore moins dans un grand club. Puis soudain, je jouais tous les matches et même ceux de la Ligue des champions. Peut-être que cette marche était juste trop grande pour moi à l'époque. Lorsque l'équipe tourne bien, vous en profitez, mais ce n'était pas le cas à cette époque. Je n'étais pas exceptionnel, mais pas mauvais non plus. Quand Hannes Wolf a remplacé Felice Mazzu, j'ai compris que c'était fini pour moi. Lors du premier match, en Ligue des champions contre Salzbourg, j'ai commis une erreur. Tout le monde l'a vu, j'admets ma responsabilité sans aucun problème, mais j'ai été immédiatement condamnée pour celle-ci."COUCKE : " J'ai été jugé sur la première grosse erreur que j'ai faite. J'ai trouvé cela regrettable, car tout gardien de but commet des erreurs, qu'il ait 20 ou 30 ans. Wolf a immédiatement choisi l'autre option avec Maarten Vandevoordt, mais je pense que je méritais un peu plus de crédit quand même."COUCKE :"C'était un soulagement. A la fin, je ne savais plus qui voulait de moi. J'avais été bon à Lommel, mais je devais redescendre d'un étage. Quelle équipe de première division était encore intéressée par mes services ? Je peux être le premier gardien de but là-bas ? Ce sont toutes des questions qui me hantaient à l'époque. Mais ensuite, il y a eu un contact rapide Malines et Wouter Vrancken et à partir du moment où la confiance est revenue, j'ai fait tout ce que je pouvais pour y arriver. C'était encore la crise sanitaire, alors j'ai commencé à m'entraîner très dur, pour pouvoir réussir mon intégration dans mon nouveau club."COUCKE :"J'ai eu un contact rapide avec lui. Il m'a appelé pour me dire qu'il voulait que je rejoigne l'équipe. Je l'ai aussi connu quand j'étais petit et qu'il jouait à Genk. Je connaissais son travail à Malines. C'était donc un honneur qu'il veuille me faire venir ici."COUCKE :"Je ne peux pas vous le dire. Nous n'en parlons pas dans le vestiaire. Tout le monde est encore très concentré sur les échéances directes. Ce qui se passera après les vacances est pour plus tard. Mais il n'est pas non plus certain à 100% qu'il va partir. Nous verrons donc ce qui se passe après cette saison et qui pourrait le remplacer. Mais avant d'évoquer cela, concentrons nous sur ces Playoffs et la lutte pour ce ticket européen."