Après la démission de Tavecchio en novembre 2017, les différentes composantes du football italien n'avaient pas réussi à élire un nouveau président lors d'un premier scrutin en janvier dernier. Un 'commissaire extraordinaire', Roberto Fabbricini, avait été désigné par le Comité Olympique Italien (CONI) pour assurer l'intérim. La FIGC devait en effet nommer rapidement un nouveau sélectionneur pour relancer la 'Nazionale', plongé en pleine crise après avoir manqué la Coupe du monde pour la première fois depuis 1958. Gravina, 65 ans, avait obtenu 39% des voix lors du premier scrutin en janvier. Le deuxième vote a été le bon. Il était cette fois le seul candidat. Gravina était depuis 2015 le président de la Lega Pro (D3), un poste qu'il a quitté la semaine dernière pour se consacrer à cette élection. (Belga)

Après la démission de Tavecchio en novembre 2017, les différentes composantes du football italien n'avaient pas réussi à élire un nouveau président lors d'un premier scrutin en janvier dernier. Un 'commissaire extraordinaire', Roberto Fabbricini, avait été désigné par le Comité Olympique Italien (CONI) pour assurer l'intérim. La FIGC devait en effet nommer rapidement un nouveau sélectionneur pour relancer la 'Nazionale', plongé en pleine crise après avoir manqué la Coupe du monde pour la première fois depuis 1958. Gravina, 65 ans, avait obtenu 39% des voix lors du premier scrutin en janvier. Le deuxième vote a été le bon. Il était cette fois le seul candidat. Gravina était depuis 2015 le président de la Lega Pro (D3), un poste qu'il a quitté la semaine dernière pour se consacrer à cette élection. (Belga)