Après dix ans d'attente, vous avez enfin un successeur en Ligue des champions. Faut-il s'en réjouir ou ambitionner plus ?

Frank De Bleeckere : "C'est un moment très important auss bien pour l'arbitrage belge que pour Lawrence Visser lui-même. Il obtient la récompense de son travail acharné ces dernières années."

Avez-vous pensé à moment que M. Visser pourrait faire ses débuts aussi rapidement dans la plus prestigieuse des compétitions européennes ?

De Bleeckere : "J'avais le pressentiment que cela pourrait arriver cette saison. Je me suis renseigné et je sais que l'UEFA le suit de près. Il fait également partie de leur groupe de talents composé de 12 à 13 autres arbitres. C'était positif et il a récemment été promu dans le groupe 1 des arbitres européens. Si vous parvenez à bien terminer vos matchs, alors vous avez de bonnes chances d'être désigné en Ligue des champions."

Lawrence Visser sera-t-il bientôt également actif aux Championnats d'Europe ou aux Coupes du monde ?

De Bleeckere : "C'est possible, même si pour un championnat du monde, les instances recrutent principalement dans le groupe élite, un niveau supérieur au groupe de Lawrence Visser. Il a pour le moment plus de chances d'espérer être repris pour un Championnat d'Europe, car l'été dernier certains talents du premier groupe ont également été repêchés pour siffler à ce niveau. Mais en principe, vous devriez déjà être dans le top 25 pour avoir une chance d'être désigné dans les très gros tournois. Ce qui n'est pas encore son cas. "

Lawrence Visser fera ses débuts à Santiago Bernabeu lors du match entre le Real Madrid et le shérif Tiraspol. C'est déjà une belle affiche.

De Bleeckere : "C'est déjà une très belle affiche, mais pour être clair : elles le sont toutes en Ligue des champions. Il remarquera très vite la différence de niveau. Et je ne parle pas seulement du match, mais aussi de toute l'ambiance dans le stade. En Belgique, on siffle des matchs avec un maximum de 30 000 supporters. A Madrid, ils sont deux à trois fois plus nombreux. Il devra s'y habituer, mais il pourra le faire ce soir lors de l'échauffement. Mais une fois que le match a commencé, un arbitre est tellement dans sa bulle que peu importe où dans quel stade il se trouve et quelles équipes s'affrontent sur le terrain."

Pensez-vous que Lawrence Visser sera désormais perçu différemment dans le monde du football belge, que les joueurs l'approcheront différemment ?

De Bleeckere : "Cette désignation doit maintenant être confirmée par d'autres à l'avenir. Mais être autorisé à siffler en Ligue des champions aura certainement un impact ici en Belgique. Quand j'ai sifflé mon premier match en CL, en 2001 entre Fenerbahce et Lyon, ça avait un peu changé la perception que les joueurs avaient de moi. Mais il faut d'abord que ce premier test se passe bien. Car une fois que vous avez goûté au plus haut niveau, vous avez envie d'y rester. Et cela n'est possible qu'en arbitrant bien vos matches."

Quelle influence cette nomination a-t-elle sur l'ensemble du monde arbitral belge ?

De Bleeckere : "Elle est très positive pour le département des arbitres, car ça signifie que l'on est à nouveau sur la carte de l'UEFA. Avoir un arbitre en Ligue des champions, c'est vraiment participer au plus haut niveau. Et cela motive aussi les autres arbitres qui voient ainsi qu'ils peuvent aussi y arriver s'ils continuent à travailler très dur. C'est aussi positif pour notre campagne de recrutement. De cette façon, vous pouvez montrer aux jeunes qu'ils peuvent y arriver aussi et que les portes s'ouvrent quand le travail suit derrière".

Frank De Bleeckere était le dernier arbitre belge à avoir officier en Champion's League. C'était il y a dix ans., belga
Frank De Bleeckere était le dernier arbitre belge à avoir officier en Champion's League. C'était il y a dix ans. © belga

Existe-t-il d'autres arbitres belges que vous voyez suivre les traces de Lawrence Visser ?

De Bleeckere : "Nous disposons actuellement de sept arbitres internationaux. Et ce groupe est relativement jeune. Dans le groupe deux, nous avons encore trois Belges avec Jonathan Lardot, Erik Lambrechts et Alexandre Boucaut. Juste en dessous se trouvent Nicolas Laforge, Bram Vandriessche et Nathan Verbomen. C'est maintenant à eux de montrer qu'ils peuvent aussi franchir ce pas. Mais je ne peux pas dire si nous aurons également un deuxième Belge en Ligue des champions dans les années à venir. Cela dépend de leurs performances chaque week-end en championnat."

Vous avez sifflé au plus haut niveau pendant des années. Avez-vous des conseils pour Lawrence Visser ?

De Bleeckere : "J'ai pu siffler au Real plusieurs fois, donc je sais comment cela se passe là-bas. Je l'ai déjà appelé plusieurs fois. Il devra prendre des décisions logiques que les joueurs peuvent accepter. Il pourra alors grandir dans le match et se sentir bien dans sa peau. Ensuite, le bon résultat découlera de lui-même. Mais il ne doit pas oublier de s'amuser. On n'oublie jamais son premier match en Ligue des Champions. Visser et son équipe s'en souviendront toujours. Ils doivent donc s'assurer d'en profiter le plus possible."

Après dix ans d'attente, vous avez enfin un successeur en Ligue des champions. Faut-il s'en réjouir ou ambitionner plus ? Frank De Bleeckere : "C'est un moment très important auss bien pour l'arbitrage belge que pour Lawrence Visser lui-même. Il obtient la récompense de son travail acharné ces dernières années." Avez-vous pensé à moment que M. Visser pourrait faire ses débuts aussi rapidement dans la plus prestigieuse des compétitions européennes ?De Bleeckere : "J'avais le pressentiment que cela pourrait arriver cette saison. Je me suis renseigné et je sais que l'UEFA le suit de près. Il fait également partie de leur groupe de talents composé de 12 à 13 autres arbitres. C'était positif et il a récemment été promu dans le groupe 1 des arbitres européens. Si vous parvenez à bien terminer vos matchs, alors vous avez de bonnes chances d'être désigné en Ligue des champions." Lawrence Visser sera-t-il bientôt également actif aux Championnats d'Europe ou aux Coupes du monde ? De Bleeckere : "C'est possible, même si pour un championnat du monde, les instances recrutent principalement dans le groupe élite, un niveau supérieur au groupe de Lawrence Visser. Il a pour le moment plus de chances d'espérer être repris pour un Championnat d'Europe, car l'été dernier certains talents du premier groupe ont également été repêchés pour siffler à ce niveau. Mais en principe, vous devriez déjà être dans le top 25 pour avoir une chance d'être désigné dans les très gros tournois. Ce qui n'est pas encore son cas. "Lawrence Visser fera ses débuts à Santiago Bernabeu lors du match entre le Real Madrid et le shérif Tiraspol. C'est déjà une belle affiche.De Bleeckere : "C'est déjà une très belle affiche, mais pour être clair : elles le sont toutes en Ligue des champions. Il remarquera très vite la différence de niveau. Et je ne parle pas seulement du match, mais aussi de toute l'ambiance dans le stade. En Belgique, on siffle des matchs avec un maximum de 30 000 supporters. A Madrid, ils sont deux à trois fois plus nombreux. Il devra s'y habituer, mais il pourra le faire ce soir lors de l'échauffement. Mais une fois que le match a commencé, un arbitre est tellement dans sa bulle que peu importe où dans quel stade il se trouve et quelles équipes s'affrontent sur le terrain." Pensez-vous que Lawrence Visser sera désormais perçu différemment dans le monde du football belge, que les joueurs l'approcheront différemment ?De Bleeckere : "Cette désignation doit maintenant être confirmée par d'autres à l'avenir. Mais être autorisé à siffler en Ligue des champions aura certainement un impact ici en Belgique. Quand j'ai sifflé mon premier match en CL, en 2001 entre Fenerbahce et Lyon, ça avait un peu changé la perception que les joueurs avaient de moi. Mais il faut d'abord que ce premier test se passe bien. Car une fois que vous avez goûté au plus haut niveau, vous avez envie d'y rester. Et cela n'est possible qu'en arbitrant bien vos matches."Quelle influence cette nomination a-t-elle sur l'ensemble du monde arbitral belge ?De Bleeckere : "Elle est très positive pour le département des arbitres, car ça signifie que l'on est à nouveau sur la carte de l'UEFA. Avoir un arbitre en Ligue des champions, c'est vraiment participer au plus haut niveau. Et cela motive aussi les autres arbitres qui voient ainsi qu'ils peuvent aussi y arriver s'ils continuent à travailler très dur. C'est aussi positif pour notre campagne de recrutement. De cette façon, vous pouvez montrer aux jeunes qu'ils peuvent y arriver aussi et que les portes s'ouvrent quand le travail suit derrière".Existe-t-il d'autres arbitres belges que vous voyez suivre les traces de Lawrence Visser ?De Bleeckere : "Nous disposons actuellement de sept arbitres internationaux. Et ce groupe est relativement jeune. Dans le groupe deux, nous avons encore trois Belges avec Jonathan Lardot, Erik Lambrechts et Alexandre Boucaut. Juste en dessous se trouvent Nicolas Laforge, Bram Vandriessche et Nathan Verbomen. C'est maintenant à eux de montrer qu'ils peuvent aussi franchir ce pas. Mais je ne peux pas dire si nous aurons également un deuxième Belge en Ligue des champions dans les années à venir. Cela dépend de leurs performances chaque week-end en championnat."Vous avez sifflé au plus haut niveau pendant des années. Avez-vous des conseils pour Lawrence Visser ?De Bleeckere : "J'ai pu siffler au Real plusieurs fois, donc je sais comment cela se passe là-bas. Je l'ai déjà appelé plusieurs fois. Il devra prendre des décisions logiques que les joueurs peuvent accepter. Il pourra alors grandir dans le match et se sentir bien dans sa peau. Ensuite, le bon résultat découlera de lui-même. Mais il ne doit pas oublier de s'amuser. On n'oublie jamais son premier match en Ligue des Champions. Visser et son équipe s'en souviendront toujours. Ils doivent donc s'assurer d'en profiter le plus possible."