"Sa grande expérience du football international est incontestable", a déclaré le président de l'Union Belge François De Keersmaecker lors d'une conférence de presse à laquelle le CA assistait au grand complet. "Nous sommes par conséquent persuadés qu'il aura dès lors la capacité de faire progresser cette équipe des espoirs".

Enzo Scifo, c'est le choix - contesté - du sélectionneur Marc Wilmots. Un choix qu'il a donc fermement dû défendre et justifier en plaidant longuement la cause du Louviérois devant le Conseil d'administration mardi.

"Il voit en lui la personne idéale pour inculquer sa vision du football aux Diables Rouges de demain", a notamment relaté François De Keersmaecker. "Leur future intégration n'en sera que plus facile, et ce sera tout profit pour eux, mais aussi pour l'équipe et son staff". Le principal argument des "opposants" à la nomination de Scifo qui avançaient les noms d'Eric Van Meir et de Lorenzo Staelens, était sa méconnaissance du néerlandais, la langue maternelle de nombreux diablotins.

"Il s'engagera à l'apprendre", a promis De Keersmaecker. "Et puis son staff comprend assez de gens bilingues ou même néerlandophones comme l'entraîneur des gardiens Filip De Wilde, qui pourront toujours traduire ses propos devant le groupe ou lors d'entretiens personnalisés..."

Soulier d'or en 1984, Scifo a porté les maillots de La Louvière (jeunes), d'Anderlecht (deux fois), de l'Inter Milan, de Bordeaux, d'Auxerre, du Torino, de l'AS Monaco et du Sporting de Charleroi. Il a entamé sa carrière d'entraîneur à Charleroi (2001-2002). Il a ensuite officié à Tubize (2004-2006), Mouscron (2007-2009) et l'AEC Mons (2012-2013). Il était sans club depuis le 23 septembre 2013, et son licenciement à l'Albert aujourd'hui disparu suite aux mauvais résultats de l'équipe (2 points sur 24). Il dirigera pour la première fois les U21 lors d'un match qualificatif de l'Euro en Lettonie le 4 septembre.

"Sa grande expérience du football international est incontestable", a déclaré le président de l'Union Belge François De Keersmaecker lors d'une conférence de presse à laquelle le CA assistait au grand complet. "Nous sommes par conséquent persuadés qu'il aura dès lors la capacité de faire progresser cette équipe des espoirs". Enzo Scifo, c'est le choix - contesté - du sélectionneur Marc Wilmots. Un choix qu'il a donc fermement dû défendre et justifier en plaidant longuement la cause du Louviérois devant le Conseil d'administration mardi. "Il voit en lui la personne idéale pour inculquer sa vision du football aux Diables Rouges de demain", a notamment relaté François De Keersmaecker. "Leur future intégration n'en sera que plus facile, et ce sera tout profit pour eux, mais aussi pour l'équipe et son staff". Le principal argument des "opposants" à la nomination de Scifo qui avançaient les noms d'Eric Van Meir et de Lorenzo Staelens, était sa méconnaissance du néerlandais, la langue maternelle de nombreux diablotins. "Il s'engagera à l'apprendre", a promis De Keersmaecker. "Et puis son staff comprend assez de gens bilingues ou même néerlandophones comme l'entraîneur des gardiens Filip De Wilde, qui pourront toujours traduire ses propos devant le groupe ou lors d'entretiens personnalisés..." Soulier d'or en 1984, Scifo a porté les maillots de La Louvière (jeunes), d'Anderlecht (deux fois), de l'Inter Milan, de Bordeaux, d'Auxerre, du Torino, de l'AS Monaco et du Sporting de Charleroi. Il a entamé sa carrière d'entraîneur à Charleroi (2001-2002). Il a ensuite officié à Tubize (2004-2006), Mouscron (2007-2009) et l'AEC Mons (2012-2013). Il était sans club depuis le 23 septembre 2013, et son licenciement à l'Albert aujourd'hui disparu suite aux mauvais résultats de l'équipe (2 points sur 24). Il dirigera pour la première fois les U21 lors d'un match qualificatif de l'Euro en Lettonie le 4 septembre.