Dimanche dernier, dans un documentaire diffusé sur Canal+, Zinedine Zidane a déclaré son amour à l'équipe de France, qu'il souhaite un jour entraîner. "Il y a dix ans, je ne voulais pas être entraîneur. Aujourd'hui, j'ai envie de me diriger vers ça. Donc on verra. Peut-être que dans dix ans, je serai sélectionneur de l'équipe de France. On ne sait pas."

Depuis la confirmation de la non-prolongation du contrat de Laurent Blanc, et la révélation du délai de réflexion demandé par Didier Deschamps, le nom de l'ancien numéro 10 des Bleus est revenu dans le jeu, révèle L'Equipe ce jeudi. Mais derrière le fantasme de voir Zidane remporter la Coupe du monde 2014 au Brésil avec l'équipe de France se pose une question : ferait-il un bon sélectionneur?

Oui, Zidane est le sélectionneur qu'il faut aux Bleus

Une personne respectée. Meilleur joueur français de ces vingt dernières années, avec un doublé en finale de la Coupe du monde 1998 et un sacre à l'Euro 2000, Zinedine Zidane est l'un des joueurs les plus respectés du football hexagonal. Idole des jeunes comme Samir Nasri ou Hatem Ben Arfa, le Ballon d'or 1998 serait écouté et respecté. On ne touche pas à Sa Majesté.

Proche des joueurs. Au Real Madrid, son rôle est de faire le lien entre les joueurs et l'entraîneur. Il a beaucoup conseillé Karim Benzema, redevenu performant depuis deux ans après un démarrage compliqué. Proche des joueurs, Zidane n'hésite jamais à participer à l'entraînement et... n'hésitera pas non plus à mettre un coup de boule si un joueur lui manque de respect.

Retrouver la passion. Quand ce n'est pas pour critiquer des joueurs surpayés qui ne chantent pas la Marseillaise, les Français ne s'intéressent plus à leur équipe nationale de football. Le désamour pourrait s'atténuer avec l'arrivée de Zidane comme sélectionneur. Sans parler de l'énorme coup de publicité réussi par la Fédération française de football.

Non, Zidane n'a pas (encore) l'étoffe d'un sélectionneur

Manque d'expérience. Gros hic : Zinedine Zidane, 40 ans, n'a jamais entraîné. Directeur sportif du Real Madrid depuis juin 2011, l'ancien numéro 10 des Bleus apprend chaque jour aux côtés de José Mourinho. Mais commencer sa carrière sur le banc par un poste de sélectionneur d'une équipe en manque de résultats semble être un pari risqué. Michel Platini avait procédé ainsi en 1988 et l'expérience s'était finalement mal passée, avec une non-qualification pour la Coupe du monde 1990 et une élimination au premier tour de l'Euro 1992.

Manque de caractère. Toujours très calme quand on l'entend parler, Zidane est un grand timide. Adepte de la langue de bois entre deux sourires gênés, Zizou a aussi son caractère... mauvais. Personne n'a oublié son expulsion en finale de la Coupe du monde 2006. Saura-t-il maîtriser ses nerfs ? Mettre un coup de tête à un adversaire et gérer un groupe réputé compliqué n'est pas la même chose.

Manque de diplôme. Pour devenir entraîneur d'une équipe professionnelle en France, et par extension d'une sélection nationale, il faut un diplôme... que Zidane n'a pas encore. Si le natif de Marseille est finalement choisi pour prendre la succession de Laurent Blanc, il devra passer son diplôme à Clairefontaine. Au programme : 730 heures de formation théorique et pédagogique.

Sportfootmagazine.be, avec L'express.fr

Dimanche dernier, dans un documentaire diffusé sur Canal+, Zinedine Zidane a déclaré son amour à l'équipe de France, qu'il souhaite un jour entraîner. "Il y a dix ans, je ne voulais pas être entraîneur. Aujourd'hui, j'ai envie de me diriger vers ça. Donc on verra. Peut-être que dans dix ans, je serai sélectionneur de l'équipe de France. On ne sait pas." Depuis la confirmation de la non-prolongation du contrat de Laurent Blanc, et la révélation du délai de réflexion demandé par Didier Deschamps, le nom de l'ancien numéro 10 des Bleus est revenu dans le jeu, révèle L'Equipe ce jeudi. Mais derrière le fantasme de voir Zidane remporter la Coupe du monde 2014 au Brésil avec l'équipe de France se pose une question : ferait-il un bon sélectionneur? Oui, Zidane est le sélectionneur qu'il faut aux Bleus Une personne respectée. Meilleur joueur français de ces vingt dernières années, avec un doublé en finale de la Coupe du monde 1998 et un sacre à l'Euro 2000, Zinedine Zidane est l'un des joueurs les plus respectés du football hexagonal. Idole des jeunes comme Samir Nasri ou Hatem Ben Arfa, le Ballon d'or 1998 serait écouté et respecté. On ne touche pas à Sa Majesté. Proche des joueurs. Au Real Madrid, son rôle est de faire le lien entre les joueurs et l'entraîneur. Il a beaucoup conseillé Karim Benzema, redevenu performant depuis deux ans après un démarrage compliqué. Proche des joueurs, Zidane n'hésite jamais à participer à l'entraînement et... n'hésitera pas non plus à mettre un coup de boule si un joueur lui manque de respect. Retrouver la passion. Quand ce n'est pas pour critiquer des joueurs surpayés qui ne chantent pas la Marseillaise, les Français ne s'intéressent plus à leur équipe nationale de football. Le désamour pourrait s'atténuer avec l'arrivée de Zidane comme sélectionneur. Sans parler de l'énorme coup de publicité réussi par la Fédération française de football. Non, Zidane n'a pas (encore) l'étoffe d'un sélectionneur Manque d'expérience. Gros hic : Zinedine Zidane, 40 ans, n'a jamais entraîné. Directeur sportif du Real Madrid depuis juin 2011, l'ancien numéro 10 des Bleus apprend chaque jour aux côtés de José Mourinho. Mais commencer sa carrière sur le banc par un poste de sélectionneur d'une équipe en manque de résultats semble être un pari risqué. Michel Platini avait procédé ainsi en 1988 et l'expérience s'était finalement mal passée, avec une non-qualification pour la Coupe du monde 1990 et une élimination au premier tour de l'Euro 1992. Manque de caractère. Toujours très calme quand on l'entend parler, Zidane est un grand timide. Adepte de la langue de bois entre deux sourires gênés, Zizou a aussi son caractère... mauvais. Personne n'a oublié son expulsion en finale de la Coupe du monde 2006. Saura-t-il maîtriser ses nerfs ? Mettre un coup de tête à un adversaire et gérer un groupe réputé compliqué n'est pas la même chose. Manque de diplôme. Pour devenir entraîneur d'une équipe professionnelle en France, et par extension d'une sélection nationale, il faut un diplôme... que Zidane n'a pas encore. Si le natif de Marseille est finalement choisi pour prendre la succession de Laurent Blanc, il devra passer son diplôme à Clairefontaine. Au programme : 730 heures de formation théorique et pédagogique. Sportfootmagazine.be, avec L'express.fr