"C'est forcément dommage mais c'est comme ça. Nous savons que le risque de voir des athlètes se retirer est présent car le Mémorial est placé en fin de saison, après les grands championnats", a expliqué Cedric Van Branteghem, directeur du meeting et ancien spécialiste du tour de piste. "Mais nous disposons encore de très beaux noms au programme, nous sommes ravis du plateau et restons positifs." Elaine Thompson-Herah, première femme de l'histoire des Jeux Olympiques à conserver les titres du 100 et 200 mètres, ne sera pas de la partie. Victime d'une gêne au tendon, son staff médical lui a déconseillé de courir en virage. Dès lors, sa participation au 200 mètres n'était plus envisageable. Quant aux deux athlètes norvégiens, ils sont fatigués après une saison exigeante. Warholm a battu à deux reprises le record du monde du 400 mètres haies cette année. D'abord devant son public d'Oslo le 1er juillet dans un temps de 46.70, effaçant des tablettes la mythique marque réalisée par l'Américain Kevin Young aux JO de Barcelone en 1992 (46.78). Le Norvégien de 25 ans a encore fait mieux à Tokyo où, dans une finale qui restera à la postérité, il a remporté l'or en 45.94, devenant le premier à passer sous les 46 secondes. "Les échantillons sanguins démontrent qu'il est fatigué. Après une telle saison, c'est normal", a expliqué Van Branteghem. De son côté, Ingebrigtsen a remporté l'or sur 1.500 mètres à Tokyo. Vainqueur du 3.000 mètres à Lausanne le 26 août, le Norvégien de 20 ans se sent "en déclin physique", a expliqué son agent à la presse norvégienne. Il doit malgré tout s'aligner à Zurich la semaine prochaine. (Belga)

"C'est forcément dommage mais c'est comme ça. Nous savons que le risque de voir des athlètes se retirer est présent car le Mémorial est placé en fin de saison, après les grands championnats", a expliqué Cedric Van Branteghem, directeur du meeting et ancien spécialiste du tour de piste. "Mais nous disposons encore de très beaux noms au programme, nous sommes ravis du plateau et restons positifs." Elaine Thompson-Herah, première femme de l'histoire des Jeux Olympiques à conserver les titres du 100 et 200 mètres, ne sera pas de la partie. Victime d'une gêne au tendon, son staff médical lui a déconseillé de courir en virage. Dès lors, sa participation au 200 mètres n'était plus envisageable. Quant aux deux athlètes norvégiens, ils sont fatigués après une saison exigeante. Warholm a battu à deux reprises le record du monde du 400 mètres haies cette année. D'abord devant son public d'Oslo le 1er juillet dans un temps de 46.70, effaçant des tablettes la mythique marque réalisée par l'Américain Kevin Young aux JO de Barcelone en 1992 (46.78). Le Norvégien de 25 ans a encore fait mieux à Tokyo où, dans une finale qui restera à la postérité, il a remporté l'or en 45.94, devenant le premier à passer sous les 46 secondes. "Les échantillons sanguins démontrent qu'il est fatigué. Après une telle saison, c'est normal", a expliqué Van Branteghem. De son côté, Ingebrigtsen a remporté l'or sur 1.500 mètres à Tokyo. Vainqueur du 3.000 mètres à Lausanne le 26 août, le Norvégien de 20 ans se sent "en déclin physique", a expliqué son agent à la presse norvégienne. Il doit malgré tout s'aligner à Zurich la semaine prochaine. (Belga)