"Peter Maes était suspecté dans le cadre d'une enquête sur le blanchiment d'argent et participation à une organisation criminelle, mais a été relâché sous conditions, notamment ne pas avoir de contacts avec la presse et rester disponible pour la suite de l'enquête", précise le communiqué du club waeslandien.

"Il n'est absolument pas cité dans le dossier de matches truqués. Via son avocat, le coach a fait savoir qu'il allait coopérer à l'enquête de toutes les manières possibles". On a aussi appris mardi que le président de Lokeren, Roger Lambrecht, a lui aussi été entendu par les enquêteurs lundi. Il a été interrogé exclusivement au sujet de Dejan Veljkovic, a-t-il lui-même confié aux médias flamands mardi. Il a ensuite pu repartir, sans passage devant un juge d'instruction.

"Peter Maes et le président vont se réunir dans un avenir proche pour évaluer les récents événements", indique le club de Lokeren.