Footgate: le point complet sur l'enquête

11/10/18 à 16:22 - Mise à jour à 18:46

Source: Belga

Vingt-huit personnes ont été interceptées mercredi en Belgique et quatre à l'étranger à la suite des 44 perquisitions menées en Belgique et 14 à l'étranger visant des protagonistes du championnat de football de division 1A. Vingt-deux d'entre elles ont été conduites devant le juge d'instruction. Une personne supplémentaire a encore été privée de liberté ce jeudi matin, a indiqué jeudi le parquet fédéral.

Footgate: le point complet sur l'enquête

© BELGA

Suite à la conférence de presse du parquet fédéral sur des suspicions de fraude dans le milieu du football en Belgique, L'Union belge a annoncé dans un communiqué jeudi qu'il prendrait "les mesures nécessaires afin que les deux arbitres concernés ne dirigent plus de matches dans la compétition belge".

"Des mesures nécessaires" seront prises par l'Union Belge

"La Fédération Belge de Football a pris connaissance du contenu de la conférence de presse du parquet fédéral. A cet égard, les actions suivantes ont été décidées: l'URBSFA prendra les mesures nécessaires afin que les deux arbitres concernés ne dirigent plus de matches dans la compétition belge", explique le communiqué. Plus tôt dans l'après-midi, l'Union belge avait annoncé par la voix de son patron, Johan Verbist que Bart Vertenten et Sébastien Delferière ont été suspendus avec effet immédiat. Les deux arbitres sont cités dans l'enquête sur des suspicions de fraude dans le milieu du football, un scandale qui ébranle le football belge depuis mercredi. L'Union belge rappelle qu'elle "collabore entre-temps avec la justice et saisit également le parquet de l'Union belge".

28 personnes interpellées, des objets de luxe saisis

Au total, 9 clubs ont été perquisitionnés mercredi. La justice y a saisi des dossiers et des documents, ainsi que trois montres de luxe, a ajouté le parquet fédéral. Six membres du personnel de ces clubs ont été entendus.

Vingt-huit personnes ont été interceptées pour audition suite aux quarante-quatre perquisitions, menées chez nous, et visant des protagonistes du championnat de football de division 1A. Vingt-deux d'entre elles ont été conduites devant le juge d'instruction. Une personne supplémentaire a encore été privée de liberté ce jeudi matin, a indiqué le parquet fédéral.

C'est un juge de la localité limbourgeoise qui avait émis les mandats ayant débouché sur les perquisitions de mercredi. Les interrogatoires par la police judiciaire fédérale d'Hasselt des agents Mogi Bayat et Dejan Veljkovic - considérés comme les acteurs principaux de l'affaire - se poursuivent en parallèle.

Herman Van Holsbeeck, ex-manager d'Anderlecht, a finalement pu rentrer chez lui mercredi soir vers 22h00, après son interrogatoire. C'est ensuite Stefaan Van Roy, directeur sportif du FC Malinois, qui a été entendu jusqu'à 0h30.

L'entraîneur du FC Bruges Ivan Leko et l'arbitre Bart Vertenten ont, eux, passé la nuit en cellule. Ce dernier a d'ailleurs encore été interrogé jeudi.

Ivan Leko inculpé de blanchiment

Ivan Leko, le coach du FC Bruges, est inculpé de blanchiment, affirment jeudi soir De Standaard et La Libre Belgique. Selon les deux journaux, il n'est pas inculpé pour corruption ou trucage de matches. Ivan Leko est entre-temps de nouveau libre.

"Mon client a été libéré sans conditions!", déclare Walter Van Steenbrugge, avocat de Ivan Leko, sur lalibre.be, ajoutant qu'il ne va devoir se justifier que sur un montant perçu il y a quelques années. Il s'agit d'un salaire versé il y a quatre ans. "Mon client va fournir des documents justifiant ce montant. C'est tout ce qu'on lui reproche. Il est temps de cesser d'associer Ivan Leko aux autres volets de cette affaire. Il n'est nullement concerné par le reste", insiste Me Van Steenbrugge.

Ivan Leko

Ivan Leko © belgaimage

Sébastien Delferière, quant à lui, est arrivé jeudi en milieu de matinée, pour être entendu par un juge d'instruction de Tongres. Mercredi, il avait déjà été entendu par les enquêteurs, à Hasselt.

Suspension immédiate

Les arbitres Bart Vertenten et Sébastien Delferière ont été suspendus avec effet immédiat, a annoncé Johan Verbist, patron des arbitres auprès de l'Union belge de football.

Les deux hommes sont cités dans l'enquête sur des suspicions de fraude dans le milieu du football, un scandale qui a éclaté hier/mercredi.

SÉBASTIEN DELFERIÈRE

SÉBASTIEN DELFERIÈRE © BELGAIMAGE

4 personnes à l'étranger

Quatre personnes ont également été interpellées lors des 14 perquisitions menées à l'étranger. Deux mandats d'arrêts internationaux ont été décernés à l'encontre des dénommés U.J. et N.P.

Le juge d'instruction de Tongres doit désormais se prononcer sur une éventuelle inculpation.

Premier volet de l'instruction: l'agent Dejan Veljkovic

Veljkovic

Veljkovic © Twitter sporza

Une première partie de l'instruction judiciaire concerne les activités d'agent de joueurs belge D.V. (Dejan Veljkovic, ndlr), a indiqué jeudi le parquet fédéral.

L'enquête contient des indications selon lesquelles D.V. aurait mis en place des constructions financières, à plusieurs reprises, en concertation avec un certain nombre de clubs de football dont le FC Malines, Genk, Lokeren, le Club Bruges et le Standard de Liège, a détaillé le parquet fédéral.

Ces constructions auraient été destinées à payer des commissions cachées pour ses activités de courtier et à fournir à certains joueurs une rémunération et des avantages dissimulés. Ces fonds transiteraient par des entités juridiques à Chypre, au Montenegro et en Serbie.

Deuxième volet de l'instruction: les activités de Mogi Bayat

Mogi Bayat

Mogi Bayat © Belga

Un deuxième volet de l'instruction judiciaire porte sur les activités de l'agent de joueurs belges A.B. (Arnaud dit Mogi Bayat, ndlr), a indiqué jeudi le parquet fédéral.

L'enquête contient des indications selon lesquelles A.B. a manipulé le transfert de plusieurs joueurs dans le but de maximiser ses propres frais de courtage, portant ainsi préjudice aux intérêts des parties pour lesquelles il agit, a précisé le parquet fédéral.

Des constructions financières auraient été mises en place pour cacher ces manipulations aux clubs et aux joueurs concernés. Mogi Bayat aurait eu recours à des agents complices et des personnes morales en France, en Angleterre et au Luxembourg.

De plus, Mogi Bayat aurait acheté des montres de luxe pour les utiliser comme cadeaux d'affaires. Ces montres semblent avoir été frauduleusement dédouanées.

Fin de l'audition de Mogi Bayat, qui sera présenté jeudi soir au juge d'instruction

L'audition de Mogi Bayat par la police fédérale judiciaire à Hasselt a pris fin jeudi peu avant 16h00. L'agent de joueurs sera présenté au juge d'instruction en soirée, ont fait savoir ses avocats. Ce n'est qu'à l'issue de cette audition qu'ils donneront plus de détails, ont-ils précisé.

De bonne source, Belga a appris que Mogi Bayat avait été, entre autres, interrogé à propos de trois transferts datant de ces dernières années. Il s'agirait notamment de celui d'un joueur vers le Spartak Moskou, ainsi que du transfert du Nigérian Henry Onyekuru d'Eupen à Everton, au terme duquel l'attaquant a immédiatement été loué à Anderlecht. Selon l'agent, il n'y a rien de louche dans ces transactions.

Troisième volet de l'instruction: 2 matches soupçonnés de falsification

La troisième partie de l'instruction judiciaire visant le monde du football belge concerne des indices de corruption privée dans le cadre du sauvetage du FC Malines qui luttait la saison dernière contre sa relégation, a indiqué jeudi le parquet fédéral.

Les recherches se concentrent entre autres sur les matches Antwerp-Eupen (3 mars 2018) et FC Malines-Waasland-Beveren (11 mars 2018). Selon le parquet fédéral, l'enquête révèle que l'agent de joueur D.V. (Dejan Veljkovic), en concertation avec quatre membres du conseil d'administration du FC Malines, pourraient avoir influencé les résultats de ces deux matches.

La 10e journée du championnat de division 1B reportée

Les rencontres de la 10e journée du championnat de football de division 1B (Proximus League) ont été reportées, a annoncé la Pro League jeudi.

Qautre matches étaient au programme ce week-end avec OH Louvain/Lommel, Roulers/Westerlo et Union-St Gilloise/Beerschot Wilrijk samedi ainsi que Tubize/Malines dimanche.

Thierry Steemans

Dans le cadre de ce troisième volet, 4 personnes ont été inculpées d'organisation criminelle et de corruption privée active et passive, tandis qu'une 5e a également été inculpée de blanchiment d'argent, a annoncé le parquet fédéral jeudi après-midi.

Les 5 personnes concernées comprennent "T.S.", que l'on suppose être Thierry Steemans, directeur financier du club malinois. Celui-ci a été placé sous mandat d'arrêt. "O.S.", Olivier Somers, Dirk Huyck, président du club de Waasland-Beveren, et "S.D.", l'arbitre Sébastien Delferiere, sont aussi concernés.

Trois ont été libérés sous conditions et un dernier a été libéré.

Davy Roef emmené pour audition

"Seul Davy Roef est emmené pour audition, en tant que témoin et non en tant que suspect, dans cette affaire", selon M. De Jonge. "Aucun autre joueur du club n'a été entendu. J'ai eu nos autres joueurs en ligne. Nous n'avons pas encore eu de contact direct avec Davy Roef". Selon les avocats de Roef, Walter Damen et Frederieke Cloet, le joueur est interrogé à l'instar de tant d'autres et il est très calme. Il a suivi la police volontairement et devra manquer le match amical prévu pour Waasland-Beveren jeudi soir contre Cologne mais le fait qu'il soit toujours interrogé n'indique en rien qu'il soit coupable, précisent encore ses avocats.

La Pro League veut "s'attaquer aux racines du problème"

Pierre François

Pierre François © BELGAIMAGE

La Pro League annonce qu'elle va prendre "rapidement des initiatives importantes et déterminantes afin de s'attaquer aux racines du problème" à la suite du scandale qui secoue depuis mercredi le milieu du football belge, indiquent Marc Coucke, président de la Pro League, et Pierre François, CEO de l'association des équipes belges professionnelles de football, dans un communiqué transmis jeudi à Belga.

"En tenant compte, bien évidemment, du droit à la présomption d'innocence de toutes les personnes concernées, il est clair qu'une enquête d'une telle ampleur doit être fondée sur des faits concrets dont dispose plus que vraisemblablement le Parquet", selon le communiqué.

"La Pro League prendra rapidement des initiatives importantes et déterminantes afin de s'attaquer aux racines du problème et d'assurer une compétition sportive irréprochable pour les supporters et toutes les autres parties concernées. Les nombreux joueurs, arbitres, dirigeants et autres stakeholders qui agissent correctement doivent être soutenus et encouragés. La Pro League demandera l'introduction d'un nouveau dispositif réglementaire de nature à assurer un degré d'intégrité maximale. La Pro League engagera ce processus dès la semaine prochaine. Cela se fera en collaboration avec l'URBSFA, des experts indépendants et les organisations européennes concernées".

La Pro League voit dans cette affaire une opportunité pour modifier les pratiques dans le monde du football.

Roberto Martinez "n'est pas choqué", mais attend les conclusions de l'enquête

Footgate: le point complet sur l'enquête

© BELGA

Roberto Martinez attend les conclusions de l'enquête qui touche le football belge depuis mercredi. "L'enquête en soi n'est pas dommageable, mais les conclusions peuvent l'être". C'est ce que le sélectionneur espagnol des Diables Rouges a déclaré jeudi en conférence de presse.

"Je ne suis pas choqué ou surpris", a indiqué Roberto Martinez.

"C'est une enquête et quand cela arrive, il y a une procédure. Elle peut te surprendre ou paraître inattendue par l'ampleur, la gravité, le sérieux de l'affaire mais à présent, nous devons laisser l'enquête se dérouler, établir les faits et après cela nous pourrons avoir une opinion si cela est dommageable pour notre football ou pas. L'enquête en soi n'est pas dommageable. Ce qui peut être préjudiciable, ce sont les conclusions. C'est pourquoi nous devons attendre un peu de clarté et aider la procédure afin de voir quelles sont les conclusions de l'enquête."

Selon le capitaine des Diables Rouges Eden Hazard, cette affaire n'aura pas d'impact sur le match de vendredi contre la Suisse. "Quand on est sur le terrain, on ne pense pas spécialement à ça. Les gens qui viendront, c'est pareil, ils voudront passer un bon moment. Je ne vais pas évoquer le sujet, on ne sait pas, on attend d'avoir des informations, nous on pense à jouer", a indiqué Hazard.

En savoir plus sur:

Nos partenaires