Les contacts les plus réguliers concernent Bart Vertenten, auquel l'agent au centre du scandale de fraude présumée dans le football belge rappelle, quelques jours avant qu'il soit amené à diriger un match entre l'Antwerp et Eupen, que le "plus important", c'est que les Anversois s'imposent.

Après cette rencontre lors de laquelle l'arbitre a sifflé un penalty imaginaire, Dejan Veljkovic se félicite de la phase par téléphone auprès du dirigeant malinois Thierry Steemans et de son joueur Mats Rits, alors en concurrence avec Eupen pour éviter la relégation, selon les écoutes.

Avant un autre match, face à Charleroi, l'agent assure également à Thierry Steemans que Vertenten "a bien compris ce qu'il avait à faire". Si les écoutes ne sont pas claires quant aux compensations obtenues par l'arbitre, le ton des conversations démontre qu'ils sont très proches, précise Het Laatste Nieuws.

Lors d'une conversation en février avec l'entraîneur de Bruges Ivan Leko, Dejan Veljkovic se vante encore que Vertenten soit "sous contrôle".

Quant à Delferière, il apparaît qu'il aurait promis à l'agent - et obtenu - que Sofiane Hanni, qui fait partie de l'écurie du Serbe, ne soit pas suspendu à la même période alors qu'il risquait une sanction pour un coup volontaire lors d'un match face au Standard.

En échange, l'arbitre numéro 1 en Belgique s'est vu proposer des cadeaux et a notamment reçu un versement de 10.000 euros. Dejan Veljkovic a assuré aux enquêteurs qu'il ne s'agissait que d'un prêt pour l'achat d'une voiture, mais les écoutes révèlent que cet argent était un "don" destiné à l'école de football de Sébastien Delferière.

Oliviers Somers libéré sous conditions

La chambre des mises en accusation d'Anvers a décidé mardi soir de libérer sous conditions l'administrateur du FC Malines Oliviers Somers. Maria Bogojevska (la compagne de l'agent de joueurs Dejan Veljkovic), peut quant à elle poursuivre sa détention préventive à domicile avec un bracelet électronique. Celle des cinq autres suspects a en revanche été prolongée, a indiqué le parquet fédéral. L'instance devait rendre sa décision quant au maintien en détention ou non de sept suspects dans le cadre du scandale de fraude et de corruption qui frappe le football belge depuis trois semaines.

Les cinq personnes qui restent en prison sont les agents Mogi Bayat, Karim Mejjati et Dragan Siljanoksi, ainsi que le directeur financier du FC Malines Thierry Steemans et l'ex-avocat Laurent Denis. Ils comparaîtront à nouveau le mois prochain devant la chambre du conseil de Tongres, tout comme Dejan Veljkovic, qui n'avait pas interjeté appel.

L'arbitre Bart Vertenten a quant à lui fait appel, mais son cas sera traité le 8 novembre en raison de la demande en récusation formulée à l'égard du juge d'instruction Joris Raskin, dont le sort sera tranché le 5 novembre devant la cour d'appel d'Anvers.

La défense avait déjà plaidé vendredi, mais avait alors demandé que certains procès-verbaux manquants soient ajoutés au dossier pénal. L'affaire avait été reportée à mardi afin de laisser l'opportunité au parquet général de répondre à cette demande.

Le parquet fédéral avait demandé la confirmation de la détention préventive des sept inculpés, mais ne s'était pas prononcé contre une surveillance électronique dans le chef d'Olivier Somers et Maria Bogojevska.

Les avocats des sept suspects avaient, eux, demandé la libération de leurs clients, quitte à ce que ce soit sous conditions.

Les contacts les plus réguliers concernent Bart Vertenten, auquel l'agent au centre du scandale de fraude présumée dans le football belge rappelle, quelques jours avant qu'il soit amené à diriger un match entre l'Antwerp et Eupen, que le "plus important", c'est que les Anversois s'imposent. Après cette rencontre lors de laquelle l'arbitre a sifflé un penalty imaginaire, Dejan Veljkovic se félicite de la phase par téléphone auprès du dirigeant malinois Thierry Steemans et de son joueur Mats Rits, alors en concurrence avec Eupen pour éviter la relégation, selon les écoutes. Avant un autre match, face à Charleroi, l'agent assure également à Thierry Steemans que Vertenten "a bien compris ce qu'il avait à faire". Si les écoutes ne sont pas claires quant aux compensations obtenues par l'arbitre, le ton des conversations démontre qu'ils sont très proches, précise Het Laatste Nieuws. Lors d'une conversation en février avec l'entraîneur de Bruges Ivan Leko, Dejan Veljkovic se vante encore que Vertenten soit "sous contrôle". Quant à Delferière, il apparaît qu'il aurait promis à l'agent - et obtenu - que Sofiane Hanni, qui fait partie de l'écurie du Serbe, ne soit pas suspendu à la même période alors qu'il risquait une sanction pour un coup volontaire lors d'un match face au Standard. En échange, l'arbitre numéro 1 en Belgique s'est vu proposer des cadeaux et a notamment reçu un versement de 10.000 euros. Dejan Veljkovic a assuré aux enquêteurs qu'il ne s'agissait que d'un prêt pour l'achat d'une voiture, mais les écoutes révèlent que cet argent était un "don" destiné à l'école de football de Sébastien Delferière.