"Si à la fin de chaque saison le joueur n'est pas exclu du terrain à trois occasions ou plus pour comportement violent, crachat sur un adversaire ou une autre personne, pour des paroles ou des gestes insultants et/ou contestation... Alors le 30 juin à la fin de chaque saison il recevra un paiement bonus de 1 million de livres", est-il écrit dans le contrat de l'attaquant italien révélé par l'hebdomadaire. D'après le journal toujours, Balotelli, qui n'a joué qu'une seule saison à Liverpool (2014-2015), percevait en plus un salaire de 85.000 livres par semaine (4,25 millions par an) ainsi qu'un autre bonus de 50.000 livres par but inscrit une fois la barre des cinq buts sur une saison dépassée. L'attaquant n'a marqué qu'un seul but en championnat cette saison-là. L'enquête "Football Leaks" part d'une gigantesque fuite de 18,6 millions de documents obtenus par l'hebdomadaire allemand Der Spiegel et depuis exploités par un consortium international de journalistes sur le modèle des "Panama papers". Ces révélations, commencées vendredi, se dérouleront sur trois semaines (Belga)

"Si à la fin de chaque saison le joueur n'est pas exclu du terrain à trois occasions ou plus pour comportement violent, crachat sur un adversaire ou une autre personne, pour des paroles ou des gestes insultants et/ou contestation... Alors le 30 juin à la fin de chaque saison il recevra un paiement bonus de 1 million de livres", est-il écrit dans le contrat de l'attaquant italien révélé par l'hebdomadaire. D'après le journal toujours, Balotelli, qui n'a joué qu'une seule saison à Liverpool (2014-2015), percevait en plus un salaire de 85.000 livres par semaine (4,25 millions par an) ainsi qu'un autre bonus de 50.000 livres par but inscrit une fois la barre des cinq buts sur une saison dépassée. L'attaquant n'a marqué qu'un seul but en championnat cette saison-là. L'enquête "Football Leaks" part d'une gigantesque fuite de 18,6 millions de documents obtenus par l'hebdomadaire allemand Der Spiegel et depuis exploités par un consortium international de journalistes sur le modèle des "Panama papers". Ces révélations, commencées vendredi, se dérouleront sur trois semaines (Belga)