"Nous ne sommes pas contre le fait de jouer en Israël, mais bien contre celui de jouer à Jérusalem", une ville "occupée", peut-on lire dans la lettre rendue publique jeudi et adressée au club madrilène, à plusieurs fédérations ainsi qu'à l'Union européenne. Israël revendique l'entièreté de la ville comme sa capitale indivisible, tandis que les Palestiniens considèrent que ses quartiers orientaux devraient former la capitale de leur futur État. La rencontre entre le Beitar et l'Atlético doit se tenir dans la partie occidentale de la ville, au Teddu Stadium. Au-delà du lieu du match, la réputation sulfureuse du club israélien est mise en cause par M. Rajoub, qui juge le Beitar "extrêmement raciste". Ses critiques surviennent alors que les supporters du club, qui n'a jamais recruté d'Arabe musulman, ont entonné "Mort aux Arabes" pendant certains matches. De quoi choquer nombre de fans palestiniens de l'Atlético, souligne M. Rajoub. Cette requête n'est pas la première du genre: avant la Coupe du monde 2018, des militants propalestiniens avaient obtenu l'annulation d'un match de préparation entre Israël et l'Argentine, qui devait se jouer à Jérusalem. A l'époque, M. Rajoub avait été sanctionné par la Fifa pour avoir appelé à brûler le maillot de la vedette argentine Lionel Messi. (Belga)

"Nous ne sommes pas contre le fait de jouer en Israël, mais bien contre celui de jouer à Jérusalem", une ville "occupée", peut-on lire dans la lettre rendue publique jeudi et adressée au club madrilène, à plusieurs fédérations ainsi qu'à l'Union européenne. Israël revendique l'entièreté de la ville comme sa capitale indivisible, tandis que les Palestiniens considèrent que ses quartiers orientaux devraient former la capitale de leur futur État. La rencontre entre le Beitar et l'Atlético doit se tenir dans la partie occidentale de la ville, au Teddu Stadium. Au-delà du lieu du match, la réputation sulfureuse du club israélien est mise en cause par M. Rajoub, qui juge le Beitar "extrêmement raciste". Ses critiques surviennent alors que les supporters du club, qui n'a jamais recruté d'Arabe musulman, ont entonné "Mort aux Arabes" pendant certains matches. De quoi choquer nombre de fans palestiniens de l'Atlético, souligne M. Rajoub. Cette requête n'est pas la première du genre: avant la Coupe du monde 2018, des militants propalestiniens avaient obtenu l'annulation d'un match de préparation entre Israël et l'Argentine, qui devait se jouer à Jérusalem. A l'époque, M. Rajoub avait été sanctionné par la Fifa pour avoir appelé à brûler le maillot de la vedette argentine Lionel Messi. (Belga)