Une Espagne dominatrice a longtemps buté sur l'efficacité défensive japonaise au Saitama Stadium. La Roja a monopolisé le ballon et s'est installée dans le camp japonais dès le coup d'envoi, sans toutefois réussir à surprendre le bloc japonais. Le Japon a tenté de mettre en place un pressing haut pour gêner la construction de la Roja mais n'a pu profiter que de courtes phases de possession lors d'une première période avare en émotions. La première véritable occasion n'est intervenue qu'à la 39e minute, lorsque le gardien japonais Tani a remporté son face-à-face avec Rafa Mir. Le pays hôte de la compétition a mis en difficulté l'organisation espagnole après la pause et a frôlé l'ouverture du score sur une frappe puissante de Hayashi, passée à quelques centimètres du but d'Unai Simon. La Roja a ensuite repris le contrôle quasi exclusif des débats, monopolisant le ballon et se procurant de timides occasions ainsi qu'un penalty annulé par le Var. La fatigue a contribué à libérer des espaces dans le dernier quart d'heure mais aucune des deux équipes n'en a profité. La prolongation n'a pas été plus prolifique en occasions franches, hormis sur une tête trop enlevée du Japonais Maeda. La délivrance est finalement tombée des pieds de Marcos Asensio qui a offert la victoire à l'Espagne à cinq minutes du terme (115e). (Belga)

Une Espagne dominatrice a longtemps buté sur l'efficacité défensive japonaise au Saitama Stadium. La Roja a monopolisé le ballon et s'est installée dans le camp japonais dès le coup d'envoi, sans toutefois réussir à surprendre le bloc japonais. Le Japon a tenté de mettre en place un pressing haut pour gêner la construction de la Roja mais n'a pu profiter que de courtes phases de possession lors d'une première période avare en émotions. La première véritable occasion n'est intervenue qu'à la 39e minute, lorsque le gardien japonais Tani a remporté son face-à-face avec Rafa Mir. Le pays hôte de la compétition a mis en difficulté l'organisation espagnole après la pause et a frôlé l'ouverture du score sur une frappe puissante de Hayashi, passée à quelques centimètres du but d'Unai Simon. La Roja a ensuite repris le contrôle quasi exclusif des débats, monopolisant le ballon et se procurant de timides occasions ainsi qu'un penalty annulé par le Var. La fatigue a contribué à libérer des espaces dans le dernier quart d'heure mais aucune des deux équipes n'en a profité. La prolongation n'a pas été plus prolifique en occasions franches, hormis sur une tête trop enlevée du Japonais Maeda. La délivrance est finalement tombée des pieds de Marcos Asensio qui a offert la victoire à l'Espagne à cinq minutes du terme (115e). (Belga)