L'enquête réalisée par la RBFA porte sur près d'un cinquième des arbitres en Belgique, et les résultats sont accablants, relève le quotidien. 21,94% des arbitres ayant répondu à l'enquête indiquent qu'ils ont été victimes de racisme sur un terrain de foot, 42,43% des répondants ont assisté ou ont été témoins de faits de racisme envers d'autres arbitres et 70,26% affirment en avoir vu envers des joueurs, alors qu'1,64% d'entre eux en constatent à chaque match (12,65% une fois par mois). Le rapport de l'Union belge sur la saison 2018-2019 concernant les faits de racismes révèle toutefois seulement 69 cas recensés officiellement pour l'ensemble du pays. Seulement deux cas sont rapportés dans le foot amateur francophone, en Brabant et à Liège. Les provinces les plus touchées sont, selon ce rapport, Anvers et la Flandre occidentale. "Si les chiffres sont tout à fait différents, c'est parce qu'il y a très peu de cas rapportés sur les feuilles de matchs" au sud du pays, explique Antoine Rustin, de la cellule sociale de l'ACF, comité de crise de l'Union Belge. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de faits de racisme sur les terrains de football de Bruxelles et de Wallonie, mais que les arbitres n'en font pas rapport. "On est conscient du problème et on met en tout cas l'accent auprès des arbitres pour que tous les faits soient indiqués correctement dans les rapports de matchs", poursuit M. Rustin. (Belga)

L'enquête réalisée par la RBFA porte sur près d'un cinquième des arbitres en Belgique, et les résultats sont accablants, relève le quotidien. 21,94% des arbitres ayant répondu à l'enquête indiquent qu'ils ont été victimes de racisme sur un terrain de foot, 42,43% des répondants ont assisté ou ont été témoins de faits de racisme envers d'autres arbitres et 70,26% affirment en avoir vu envers des joueurs, alors qu'1,64% d'entre eux en constatent à chaque match (12,65% une fois par mois). Le rapport de l'Union belge sur la saison 2018-2019 concernant les faits de racismes révèle toutefois seulement 69 cas recensés officiellement pour l'ensemble du pays. Seulement deux cas sont rapportés dans le foot amateur francophone, en Brabant et à Liège. Les provinces les plus touchées sont, selon ce rapport, Anvers et la Flandre occidentale. "Si les chiffres sont tout à fait différents, c'est parce qu'il y a très peu de cas rapportés sur les feuilles de matchs" au sud du pays, explique Antoine Rustin, de la cellule sociale de l'ACF, comité de crise de l'Union Belge. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de faits de racisme sur les terrains de football de Bruxelles et de Wallonie, mais que les arbitres n'en font pas rapport. "On est conscient du problème et on met en tout cas l'accent auprès des arbitres pour que tous les faits soient indiqués correctement dans les rapports de matchs", poursuit M. Rustin. (Belga)