"Mon jeu a été à l'image de la météo", a-t-elle confié à la presse belge. "Jusqu'à 6-1, 3-0 pour elle, j'ai passé plus de temps a essuyé mes lunettes qu'à jouer au tennis avec la pluie qui tombait. Puis le soleil a fait son apparition et j'ai repris des couleurs. Heureusement, sans quoi, cela aurait donné 6-1, 6-0 ! Je me suis battue, mais c'est difficile quand on n'a pas gagné un match sur terre battue de toute l'année. Et la préparation n'avait pas été idéale non plus. Il avait fait mauvais à Nuremberg la semaine passée et j'ai attrapé un refroidissement. C'est vrai que j'ai servi pour le set à 5-4, mais c'était déjà un demi-miracle d'être arrivée jusque-là ! À l'arrivée, j'ai eu trop de hauts et de bas." Kirsten Flipkens sera dès lors contente de pouvoir passer tout prochainement au gazon, une surface qu'elle apprécié nettement plus et où elle a signé le meilleur résultat de sa carrière, avec une demi-finale à Wimbledon en 2013. "C'est sûr", a-t-elle souri. "Je suis encore en double ici (ndlr: avec la Suédoise Johanna Larsson) et en fonction du résultat, je pourrais déjà demander une wild-card pour le tournoi ITF 100.000 de dollars de Surbiton, la semaine prochaine. Ensuite, j'ai prévu de jouer à 's Hertogenbosch, Majorque et peut-être Eastbourne, pour terminer par Wimbledon. Mais je vais aussi faire en sorte de bien me soigner. J'ai eu pas mal de petits soucis ces derniers mois. Et la santé, c'est primordial." (Belga)