Les Red Flames affronteront l'Irlande du Nord ce soir à 20 heures pour leur deuxième match de préparation à l'Euro (6-31 juillet). Le match se jouera à la Chaussée du Lisp à Lierre et l'Union Belge annonce que "quelques activités sympathiques" seront organisées juste avant le coup d'envoi.

Pour Ella Van Kerkhoven, Kassandra Missipo et Elena Dhont, qui ont toutes été absentes pendant une longue période en raison d'une blessure, ce sera l'occasion de retrouver du rythme de match et de retrouver leurs automatismes avec le reste de l'équipe.

Van Kerkhoven (28 ans) a souffert de blessures au dos et aux ligaments au cours de ces deux dernières saisons. La nouvelle joueuse d'OHL considère cette sélection pour l'Euro comme une cerise sur le gâteau. "Ce sont des montagnes russes émotionnelles", confiait-elle à La Dernière Heure. "Je ne pouvais plus faire mon travail correctement, j'avais des doutes. Dans ces moments-là, il faut continuer à croire, à se dire que tout ira bien. Pour moi, revenir en équipe nationale est une réussite incroyable.", affirme-t-elle.

Contre l'Irlande du Nord, les Red Flames devraient plus facilement trouver le chemin des filets que contre l'Angleterre, où notre équipe féminine ne s'était pas montrée très menaçante.

Les regards seront forcément braqués vers Tine De Caigny, qui avec douze buts a même été la meilleure buteuse du tournoi de qualification pour le championnat d'Europe. "Contre l'Angleterre, nous devons être réalistes et admettre que nous nous sommes pas procurés beaucoup d'occasions", a-t-elle déclaré à Sporza. "Nous travaillons là-dessus, pour faire mieux et trouver les bonnes combinaisons qui nous permettront de marquer plus souvent. Nous voulons le montrer demain, dimanche (contre l'Autriche) et lors du dernier match de préparation (contre le Luxembourg)", affirme De Caigny.

"Contre des pays de haut niveau comme l'Angleterre (FIFA-8) et à l'Euro, contre l'Islande (FIFA-17), la France (FIFA-3) et l'Italie (FIFA-14), c'est plus difficile pour une attaquante car on reçoit beaucoup moins de (bons) ballons. Mais je connais mon rôle dans l'équipe et je sais que je dois beaucoup travailler en perte de balle pour permettre une bonne organisation", pense la joueuse d'Hoffenheim. "Mon rôle est aussi de garder le ballon pour permettre à mes partenaires de remonter."

Ives Serneels insiste pour que toutes ses Red Flames travaillent dès la perte du ballon., iStock
Ives Serneels insiste pour que toutes ses Red Flames travaillent dès la perte du ballon. © iStock

Une bonne organisation défensive: le cheval de bataille d'Ives Serneels

Le sélectionneur national Ives Serneels veut installer une bonne organisation défensive puisqu'il est conscient que sa ligne arrière aura beaucoup de pain sur le planche pendant l'Euro. Il insiste pour que ses joueuses travaillent dès la perte du ballon, bouchent les trous et prêtent main forte à leurs partenaires. "L'organisation a plutôt bien fonctionné contre l'Angleterre, surtout en première mi-temps, et les Red Flames ont même reçu des commentaires positifs à ce sujet de la part des médias anglais.

Lors de cette joute amicale contre les Lionesses, un autre sujet de préoccupation est apparu : l'organisation sur les phases arrêtées. Deux des trois buts encaissés contre les Anglais sont arrivés après des coups de coin. Ce point sera sans doute travaillé dans les prochains jours.

Les Red Flames affronteront l'Irlande du Nord ce soir à 20 heures pour leur deuxième match de préparation à l'Euro (6-31 juillet). Le match se jouera à la Chaussée du Lisp à Lierre et l'Union Belge annonce que "quelques activités sympathiques" seront organisées juste avant le coup d'envoi.Pour Ella Van Kerkhoven, Kassandra Missipo et Elena Dhont, qui ont toutes été absentes pendant une longue période en raison d'une blessure, ce sera l'occasion de retrouver du rythme de match et de retrouver leurs automatismes avec le reste de l'équipe.Van Kerkhoven (28 ans) a souffert de blessures au dos et aux ligaments au cours de ces deux dernières saisons. La nouvelle joueuse d'OHL considère cette sélection pour l'Euro comme une cerise sur le gâteau. "Ce sont des montagnes russes émotionnelles", confiait-elle à La Dernière Heure. "Je ne pouvais plus faire mon travail correctement, j'avais des doutes. Dans ces moments-là, il faut continuer à croire, à se dire que tout ira bien. Pour moi, revenir en équipe nationale est une réussite incroyable.", affirme-t-elle.Contre l'Irlande du Nord, les Red Flames devraient plus facilement trouver le chemin des filets que contre l'Angleterre, où notre équipe féminine ne s'était pas montrée très menaçante.Les regards seront forcément braqués vers Tine De Caigny, qui avec douze buts a même été la meilleure buteuse du tournoi de qualification pour le championnat d'Europe. "Contre l'Angleterre, nous devons être réalistes et admettre que nous nous sommes pas procurés beaucoup d'occasions", a-t-elle déclaré à Sporza. "Nous travaillons là-dessus, pour faire mieux et trouver les bonnes combinaisons qui nous permettront de marquer plus souvent. Nous voulons le montrer demain, dimanche (contre l'Autriche) et lors du dernier match de préparation (contre le Luxembourg)", affirme De Caigny."Contre des pays de haut niveau comme l'Angleterre (FIFA-8) et à l'Euro, contre l'Islande (FIFA-17), la France (FIFA-3) et l'Italie (FIFA-14), c'est plus difficile pour une attaquante car on reçoit beaucoup moins de (bons) ballons. Mais je connais mon rôle dans l'équipe et je sais que je dois beaucoup travailler en perte de balle pour permettre une bonne organisation", pense la joueuse d'Hoffenheim. "Mon rôle est aussi de garder le ballon pour permettre à mes partenaires de remonter."Le sélectionneur national Ives Serneels veut installer une bonne organisation défensive puisqu'il est conscient que sa ligne arrière aura beaucoup de pain sur le planche pendant l'Euro. Il insiste pour que ses joueuses travaillent dès la perte du ballon, bouchent les trous et prêtent main forte à leurs partenaires. "L'organisation a plutôt bien fonctionné contre l'Angleterre, surtout en première mi-temps, et les Red Flames ont même reçu des commentaires positifs à ce sujet de la part des médias anglais. Lors de cette joute amicale contre les Lionesses, un autre sujet de préoccupation est apparu : l'organisation sur les phases arrêtées. Deux des trois buts encaissés contre les Anglais sont arrivés après des coups de coin. Ce point sera sans doute travaillé dans les prochains jours.