Les Red Flames ont effectué leur première séance d'entraînement sur le sol anglais. Le sentiment est bon, il n'est pas question de stress pour l'instant.

La nervosité a freiné notre équipe féminine lors de son premier Euro, il y a cinq ans, aux Pays-Bas. Le premier match contre le Danemark a été perdu 1-0, un scénario qu'il faudra éviter cette fois-ci. "Il faut que ce soit un stress sain. Nous avons tiré les leçons d'il y a cinq ans. Nous avons acquis cette expérience maintenant ", a expliqué Tine De Caigny dans Het Nieuwsblad.

Le camp de base des Flames se trouve à Wigan. C'est un domaine privé où chaque joueuse dispose de sa propre chambre. Rien n'est laissé au hasard. L'entourage se compose d'une équipe de vingt personnes, dont deux cuisiniers et un nutritionniste. Il n'y a pas si longtemps, c'était différent.

"J'ai connu l'époque précédente", déclare Janice Cayman (126 sélections, 47 buts) dans La Dernière Heure. "En continuant à répéter que les conditions n'étaient pas bonnes, nous avons été écoutés et les résultats sur le terrain ont suivi", explique celle qui a gagné la Ligue des Champions avec l'OL.

25 joueuses

Bien que la sélection ne puisse compter que 23 joueurs, les Flames ont effectué le voyage en Angleterre avec 25 joueuses.

Laura Deloose est toujours perturbée par une blessure au pied subie dans l'amical contre le Luxembourg. Ainsi, Jill Janssens, 18 ans, fait toujours partie du groupe. L'une des deux quittera Wigan, dimanche au plus tard.

Lenie Onzia, joker médical des Red Flames, prendra sa retraite dimanche et intègrera le staff technique à partir de lundi., iStock
Lenie Onzia, joker médical des Red Flames, prendra sa retraite dimanche et intègrera le staff technique à partir de lundi. © iStock

Lenie Onzia (33 ans), qui vient de prendre sa retraite footballistique, restera avec les Flames pendant tout le tournoi. Elle était initialement le "joker médical" jusqu'à dimanche, mais il a également été décidé de l'inclure dans le staff technique. "Nous avons présenté cette idée au groupe et tout le monde est très heureux de la présence de Lenie", a affirmé l'entraîneur national Ives Serneels.

600 fans belges

Les Red Flames affronteront l'Islande et l'Italie au Manchester City Academy Stadium (7 000 places) et la France au New York Stadium de Rotherham (12 000 places). Peu de sièges seront occupés par les supporters belges, environ six cents seulement.

"Si nous avions joué dans le sud de l'Angleterre, nos supporters auraient été plus nombreux", pense Ives Serneels dans une interview accordée à La Dernière Heure. "Manchester n'est pas la porte à côté. Cela coûte beaucoup d'argent. Je le sais parce que ma femme et ma fille viennent aussi. Vu la crise, je peux comprendre les gens. En tout cas, je constate qu'il y a plus d'enthousiasme en Belgique qu'avant", poursuit Serneels. Une référence au village de supporters des Red Flames situé sur la Martelarenplein à Louvain, où l'on peut regarder gratuitement les matchs sur un écran géant et où de nombreuses activités seront aussi prévues.

Les Red Flames ont effectué leur première séance d'entraînement sur le sol anglais. Le sentiment est bon, il n'est pas question de stress pour l'instant.La nervosité a freiné notre équipe féminine lors de son premier Euro, il y a cinq ans, aux Pays-Bas. Le premier match contre le Danemark a été perdu 1-0, un scénario qu'il faudra éviter cette fois-ci. "Il faut que ce soit un stress sain. Nous avons tiré les leçons d'il y a cinq ans. Nous avons acquis cette expérience maintenant ", a expliqué Tine De Caigny dans Het Nieuwsblad.Le camp de base des Flames se trouve à Wigan. C'est un domaine privé où chaque joueuse dispose de sa propre chambre. Rien n'est laissé au hasard. L'entourage se compose d'une équipe de vingt personnes, dont deux cuisiniers et un nutritionniste. Il n'y a pas si longtemps, c'était différent."J'ai connu l'époque précédente", déclare Janice Cayman (126 sélections, 47 buts) dans La Dernière Heure. "En continuant à répéter que les conditions n'étaient pas bonnes, nous avons été écoutés et les résultats sur le terrain ont suivi", explique celle qui a gagné la Ligue des Champions avec l'OL.Bien que la sélection ne puisse compter que 23 joueurs, les Flames ont effectué le voyage en Angleterre avec 25 joueuses. Laura Deloose est toujours perturbée par une blessure au pied subie dans l'amical contre le Luxembourg. Ainsi, Jill Janssens, 18 ans, fait toujours partie du groupe. L'une des deux quittera Wigan, dimanche au plus tard.Lenie Onzia (33 ans), qui vient de prendre sa retraite footballistique, restera avec les Flames pendant tout le tournoi. Elle était initialement le "joker médical" jusqu'à dimanche, mais il a également été décidé de l'inclure dans le staff technique. "Nous avons présenté cette idée au groupe et tout le monde est très heureux de la présence de Lenie", a affirmé l'entraîneur national Ives Serneels.600 fans belgesLes Red Flames affronteront l'Islande et l'Italie au Manchester City Academy Stadium (7 000 places) et la France au New York Stadium de Rotherham (12 000 places). Peu de sièges seront occupés par les supporters belges, environ six cents seulement."Si nous avions joué dans le sud de l'Angleterre, nos supporters auraient été plus nombreux", pense Ives Serneels dans une interview accordée à La Dernière Heure. "Manchester n'est pas la porte à côté. Cela coûte beaucoup d'argent. Je le sais parce que ma femme et ma fille viennent aussi. Vu la crise, je peux comprendre les gens. En tout cas, je constate qu'il y a plus d'enthousiasme en Belgique qu'avant", poursuit Serneels. Une référence au village de supporters des Red Flames situé sur la Martelarenplein à Louvain, où l'on peut regarder gratuitement les matchs sur un écran géant et où de nombreuses activités seront aussi prévues.