Hans Van Alphen a sans aucun doute connu la meilleure saison de sa carrière en 2012. Outre son record et son succès à Götzis, son "plus beau souvenir" et sa 4e place à Londres, il a aussi remporté le Decastar de Talence et la Coupe du monde des épreuves combinées en 2012. En fin d'année, il fut récompensé par le Spike d'Or, récompensant le meilleur athlète belge de l'année, le prix du Mérite sportif flamand et le trophée du Joyau du sport flamand. "Après Londres, la Belgique a véritablement appris à connaître le décathlon", déclare Van Alphen. "Les années précédentes, on me posait souvent la question: 'le décathlon, c'est courir et rouler à vélo ?' On ne m'a plus posé la question après Londres. Ma performance au Hypomeeting de Götzis cette année-là constitue vraiment mon plus beau souvenir. Je gagne le meeting, la mecque du décathlon, avec un total de 8519 points. Grâce notamment à cette victoire, je fus le vainqueur final du World Combined Events Challenge". La suite des événements a été moins rose après 2012, la carrière de Van Alphen étant perturbée par des blessures, qui le privèrent des grandes compétitions. Cet été, l'abaissement des minimas en raison de l'exclusion des athlètes russes avait permis à Hans Van Alphen de se qualifier pour l'Euro d'Amsterdam, où il espérait réserver son billet dans l'avion pour Rio. Malheureusement, une blessure aux abdominaux l'avait contraint à l'abandon après la 1e journée du décathlon, faisant s'envoler ses espoirs d'aller aux Jeux de Rio. Ses spikes rangés au placard, Hans Van Alphen ne compte pas rester les bras croisés. "J'ai entretemps déjà entamé un post-graduat en thérapie manuelle. Principalement pour mettre à jour mon diplôme (en kinésithérapie, nldr). Je débute une troisième carrière (après les études et le sport de haut niveau) et c'est passionnant", dit-il. (Belga)

Hans Van Alphen a sans aucun doute connu la meilleure saison de sa carrière en 2012. Outre son record et son succès à Götzis, son "plus beau souvenir" et sa 4e place à Londres, il a aussi remporté le Decastar de Talence et la Coupe du monde des épreuves combinées en 2012. En fin d'année, il fut récompensé par le Spike d'Or, récompensant le meilleur athlète belge de l'année, le prix du Mérite sportif flamand et le trophée du Joyau du sport flamand. "Après Londres, la Belgique a véritablement appris à connaître le décathlon", déclare Van Alphen. "Les années précédentes, on me posait souvent la question: 'le décathlon, c'est courir et rouler à vélo ?' On ne m'a plus posé la question après Londres. Ma performance au Hypomeeting de Götzis cette année-là constitue vraiment mon plus beau souvenir. Je gagne le meeting, la mecque du décathlon, avec un total de 8519 points. Grâce notamment à cette victoire, je fus le vainqueur final du World Combined Events Challenge". La suite des événements a été moins rose après 2012, la carrière de Van Alphen étant perturbée par des blessures, qui le privèrent des grandes compétitions. Cet été, l'abaissement des minimas en raison de l'exclusion des athlètes russes avait permis à Hans Van Alphen de se qualifier pour l'Euro d'Amsterdam, où il espérait réserver son billet dans l'avion pour Rio. Malheureusement, une blessure aux abdominaux l'avait contraint à l'abandon après la 1e journée du décathlon, faisant s'envoler ses espoirs d'aller aux Jeux de Rio. Ses spikes rangés au placard, Hans Van Alphen ne compte pas rester les bras croisés. "J'ai entretemps déjà entamé un post-graduat en thérapie manuelle. Principalement pour mettre à jour mon diplôme (en kinésithérapie, nldr). Je débute une troisième carrière (après les études et le sport de haut niveau) et c'est passionnant", dit-il. (Belga)