Dans les colonnes de Het Belang van Limburg, le président d'une grande association de supporters de Genk a donné son avis. "Nous n'avons peut-être pas très bien saisi les ambitions de la direction. Elle ne veut peut-être pas devenir un club du top mais rester un club du subtop. Maintenant, il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué, mais en tant que supporters, nous restons avec un goût amer", explique Rudy Claesens. "Emilio Ferrera a déjà entraîné dans plusieurs clubs où cela s'est mal terminé. Nous espérions un entraîneur qui a déjà prouvé davantage dans le football et quelqu'un qui dégage un peu plus de fermeté. Ce sera nécessaire avec ce groupe. Je doute que Ferrera possède ces qualités. Nous attendons avec crainte."

Une bonne décision

Du côté de la direction, le son de cloche est naturellement différent. "Nous sommes convaincus qu'il a les qualités nécessaires pour remettre Genk sur les rails. Ce n'est pas le choix du pauvre. C'est bien une décision rapide, mais elle n'a pas été prise à la hâte. Certaines décisions peuvent être prises rapidement et être la bonne décision."

Décrié ou non, Emilio Ferrera a de toute manière du pain sur la planche. Il recevra l'Anzhi jeudi (match aller 0-0), et se rendra à Anderlecht dimanche. Un beau baptême du feu.

Dans les colonnes de Het Belang van Limburg, le président d'une grande association de supporters de Genk a donné son avis. "Nous n'avons peut-être pas très bien saisi les ambitions de la direction. Elle ne veut peut-être pas devenir un club du top mais rester un club du subtop. Maintenant, il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué, mais en tant que supporters, nous restons avec un goût amer", explique Rudy Claesens. "Emilio Ferrera a déjà entraîné dans plusieurs clubs où cela s'est mal terminé. Nous espérions un entraîneur qui a déjà prouvé davantage dans le football et quelqu'un qui dégage un peu plus de fermeté. Ce sera nécessaire avec ce groupe. Je doute que Ferrera possède ces qualités. Nous attendons avec crainte." Une bonne décision Du côté de la direction, le son de cloche est naturellement différent. "Nous sommes convaincus qu'il a les qualités nécessaires pour remettre Genk sur les rails. Ce n'est pas le choix du pauvre. C'est bien une décision rapide, mais elle n'a pas été prise à la hâte. Certaines décisions peuvent être prises rapidement et être la bonne décision." Décrié ou non, Emilio Ferrera a de toute manière du pain sur la planche. Il recevra l'Anzhi jeudi (match aller 0-0), et se rendra à Anderlecht dimanche. Un beau baptême du feu.