Quelle fut ta réaction quand Marc Wilmots a déclaré récemment que tu étais proche d'une première sélection ?

Content, tout simplement. Ça prouve que je suis sur la bonne voie...

La prochaine étape, c'est donc les Diables ?

J'ai deux objectifs: me qualifier avec les Espoirs pour l'Euro 2015 et accompagner les Belges au Brésil en juin prochain.

Ambitionner de faire partie des 23 au Brésil, est-ce faire preuve d'arrogance ?

Non pas du tout. Je rêve simplement de franchir les échelons. C'est comme ça que l'on progresse. Je bosse pour en tout cas. Que ce soit avec mon club, Monaco, ou avec les Espoirs.

Le sélectionneur t'a déjà appelé ?

Non jamais. J'imagine que ça arrivera le jour où il aura décidé de me sélectionner. L'année dernière, il m'est arrivé de rencontrer à Monaco des scouts de la Fédération. Mais pas cette saison.

Le fait que les Diables brillent sur le terrain et donnent l'impression d'être très unis en dehors joue-t-il en défaveur de ceux frappent à la porte et rêvent de intégrer la sélection ?

C'est évident qu'il y a beaucoup de qualités actuellement au sein des Diables alors que d'autres talents ne sont pas sélectionnés et je ne parle pas que de moi. La concurrence est réelle et c'est une très bonne chose pour le coach.

On raconte que le Portugal et l'Espagne se sont intéressés à toi ?

C'est normal : ma mère est espagnole et mon père portugais. Mais j'ai toujours joué pour la Belgique. C'est donc une évidence pour moi de rêver des Diables et de la Coupe du Monde.

En France, on parle de la Belgique ?

Enormément. On me demande souvent comment peut-on avoir une équipe aussi forte alors qu'on est un si petit pays? Mais ce ne sont pas les résultats positifs récents qui doivent avoir une influence sur ton désir ou non de porter le maillot des Diables. Quand ça n'allait pas, je suis sûr que les joueurs étaient quand même fiers de jouer pour leur pays. Il faut être conscient de ce qu'une sélection représente.

Par Thomas Bricmont

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Yannick Ferreire-Carrasco dans votre Sport/Foot Magazine

Quelle fut ta réaction quand Marc Wilmots a déclaré récemment que tu étais proche d'une première sélection ?Content, tout simplement. Ça prouve que je suis sur la bonne voie...La prochaine étape, c'est donc les Diables ?J'ai deux objectifs: me qualifier avec les Espoirs pour l'Euro 2015 et accompagner les Belges au Brésil en juin prochain.Ambitionner de faire partie des 23 au Brésil, est-ce faire preuve d'arrogance ?Non pas du tout. Je rêve simplement de franchir les échelons. C'est comme ça que l'on progresse. Je bosse pour en tout cas. Que ce soit avec mon club, Monaco, ou avec les Espoirs. Le sélectionneur t'a déjà appelé ?Non jamais. J'imagine que ça arrivera le jour où il aura décidé de me sélectionner. L'année dernière, il m'est arrivé de rencontrer à Monaco des scouts de la Fédération. Mais pas cette saison.Le fait que les Diables brillent sur le terrain et donnent l'impression d'être très unis en dehors joue-t-il en défaveur de ceux frappent à la porte et rêvent de intégrer la sélection ?C'est évident qu'il y a beaucoup de qualités actuellement au sein des Diables alors que d'autres talents ne sont pas sélectionnés et je ne parle pas que de moi. La concurrence est réelle et c'est une très bonne chose pour le coach.On raconte que le Portugal et l'Espagne se sont intéressés à toi ?C'est normal : ma mère est espagnole et mon père portugais. Mais j'ai toujours joué pour la Belgique. C'est donc une évidence pour moi de rêver des Diables et de la Coupe du Monde. En France, on parle de la Belgique ?Enormément. On me demande souvent comment peut-on avoir une équipe aussi forte alors qu'on est un si petit pays? Mais ce ne sont pas les résultats positifs récents qui doivent avoir une influence sur ton désir ou non de porter le maillot des Diables. Quand ça n'allait pas, je suis sûr que les joueurs étaient quand même fiers de jouer pour leur pays. Il faut être conscient de ce qu'une sélection représente. Par Thomas BricmontRetrouvez l'intégralité de l'interview de Yannick Ferreire-Carrasco dans votre Sport/Foot Magazine