Malgré l'ascension de Fanja à l'entame du dernier tiers de course, un kilomètre assez raide avec 9,6 % de déclivité moyenne, le bouquet semblait promis aux sprinteurs. La fuite de l'Espagnol Peio Goikoetxea (Euskaltel-Euskadi), repris à moins de 10 km du but, n'a pas perturbé les équipes de sprinteurs. Plus véloce que ses adversaires, Gaviria a décroché la 48e victoire de sa carrière, la première depuis 183 jours de disette et un succès sur les routes du Tour de Pologne. Vendredi, la deuxième étape présentera un profil tout à fait rectiligne entre le Naseem Park et le port de Sohar. L'arrivée sera jugée à Suhar Corniche après 167,5 kilomètres. Cavendish, qui effectue sa rentrée depuis sa chute aux Six Jours de cyclisme sur piste de Gand fin novembre, où il s'était fracturé deux côtes et avait souffert d'un pneumothorax, aura l'occasion de prendre sa revanche. L'épreuve, qui fête sa 11e édition, n'avait pu être organisée en 2020 à la suite du décès du sultan Qaboos bin Said et en raison de la crise sanitaire l'an dernier. Après 888 kilomètres de course, répartis en six étapes, le successeur du Kazakh Alexey Lutsenko, vainqueur en 2018 et 2019, sera connu mardi prochain. (Belga)

Malgré l'ascension de Fanja à l'entame du dernier tiers de course, un kilomètre assez raide avec 9,6 % de déclivité moyenne, le bouquet semblait promis aux sprinteurs. La fuite de l'Espagnol Peio Goikoetxea (Euskaltel-Euskadi), repris à moins de 10 km du but, n'a pas perturbé les équipes de sprinteurs. Plus véloce que ses adversaires, Gaviria a décroché la 48e victoire de sa carrière, la première depuis 183 jours de disette et un succès sur les routes du Tour de Pologne. Vendredi, la deuxième étape présentera un profil tout à fait rectiligne entre le Naseem Park et le port de Sohar. L'arrivée sera jugée à Suhar Corniche après 167,5 kilomètres. Cavendish, qui effectue sa rentrée depuis sa chute aux Six Jours de cyclisme sur piste de Gand fin novembre, où il s'était fracturé deux côtes et avait souffert d'un pneumothorax, aura l'occasion de prendre sa revanche. L'épreuve, qui fête sa 11e édition, n'avait pu être organisée en 2020 à la suite du décès du sultan Qaboos bin Said et en raison de la crise sanitaire l'an dernier. Après 888 kilomètres de course, répartis en six étapes, le successeur du Kazakh Alexey Lutsenko, vainqueur en 2018 et 2019, sera connu mardi prochain. (Belga)