"Le problème aujourd'hui n'était pas pour nous la navigation mais la visibilité. On ne voyait rien derrière les autres voitures. C'est ce qui m'a valu de taper quelque chose avec la roue avant et de perdre ainsi pas mal de temps", a expliqué Fernando Alonso, 48e au général à 2h38:53 du leader argentin Orlando Terranova, cité par l'organisation. "Ce n'est pas une bonne journée, mais je suis malgré tout heureux, je suis là pour finir mon premier Dakar, c'est l'objectif. On a fait 700 km, il en reste 5.000, ça nous laisse du temps pour essayer de refaire notre retard. Je suis content de ma pointe de vitesse, comme au Maroc. Elle est même un peu meilleure que ce que à quoi je m'attendais. Marc (Coma, son co-pilote, ndlr) fait par ailleurs du super boulot malgré le fait que la navigation est difficile. On a eu une mauvaise journée en termes de résultat, mais bonne en termes de sensations. Franchement je m'amuse bien ici, il y a une bonne ambiance, les gens s'entraident". (Belga)

"Le problème aujourd'hui n'était pas pour nous la navigation mais la visibilité. On ne voyait rien derrière les autres voitures. C'est ce qui m'a valu de taper quelque chose avec la roue avant et de perdre ainsi pas mal de temps", a expliqué Fernando Alonso, 48e au général à 2h38:53 du leader argentin Orlando Terranova, cité par l'organisation. "Ce n'est pas une bonne journée, mais je suis malgré tout heureux, je suis là pour finir mon premier Dakar, c'est l'objectif. On a fait 700 km, il en reste 5.000, ça nous laisse du temps pour essayer de refaire notre retard. Je suis content de ma pointe de vitesse, comme au Maroc. Elle est même un peu meilleure que ce que à quoi je m'attendais. Marc (Coma, son co-pilote, ndlr) fait par ailleurs du super boulot malgré le fait que la navigation est difficile. On a eu une mauvaise journée en termes de résultat, mais bonne en termes de sensations. Franchement je m'amuse bien ici, il y a une bonne ambiance, les gens s'entraident". (Belga)