Stijn Debaene, l'avocat de Marouane Fellaini, a démenti mercredi l'implication de l'ancien Diable Rouge dans la S.A Immobilière Standard de Liège, créée par le président du Standard Bruno Venanzi.

Crée par Bruno Venanzi, l'Immobilière Standard de Liège doit racheter le stade de Sclessin à la S.A Standard de Liège. Axel Witsel est un des investisseurs de l'Immobilière Standard de Liège. Mercredi, plusieurs médias ont cité le nom de Marouane Fellaini comme possible investisseur, ce que dément son avocat.

"Il n'en est pas question", dit Stijn Debaene. "Je peux affirmer à 100 % que Marouane ne fera pas partie du projet. Je ne sais pas d'où vient cette histoire, mais cela n'a jamais été sur la table".

Pour rappel, le Standard a été recalé par la Commission des licences de la Fédération belge de football en raison du non-respect du délais requis pour la preuve de paiement des primes de quelques joueurs et du compromis de vente du stade par la S.A. Standard de Liège à la S.A. Immobilière Standard de Liège.

Le club liégeois a fait appel devant la Cour belge d'arbitrage pour le sport (CBAS) qui doit rendre son verdict le 5 mai.

Stijn Debaene, l'avocat de Marouane Fellaini, a démenti mercredi l'implication de l'ancien Diable Rouge dans la S.A Immobilière Standard de Liège, créée par le président du Standard Bruno Venanzi. Crée par Bruno Venanzi, l'Immobilière Standard de Liège doit racheter le stade de Sclessin à la S.A Standard de Liège. Axel Witsel est un des investisseurs de l'Immobilière Standard de Liège. Mercredi, plusieurs médias ont cité le nom de Marouane Fellaini comme possible investisseur, ce que dément son avocat. "Il n'en est pas question", dit Stijn Debaene. "Je peux affirmer à 100 % que Marouane ne fera pas partie du projet. Je ne sais pas d'où vient cette histoire, mais cela n'a jamais été sur la table". Pour rappel, le Standard a été recalé par la Commission des licences de la Fédération belge de football en raison du non-respect du délais requis pour la preuve de paiement des primes de quelques joueurs et du compromis de vente du stade par la S.A. Standard de Liège à la S.A. Immobilière Standard de Liège. Le club liégeois a fait appel devant la Cour belge d'arbitrage pour le sport (CBAS) qui doit rendre son verdict le 5 mai.