Felice Mazzu (56 ans) succède cette saison à Vincent Kompany au poste de T1 du RSC Anderlecht. "C'est à moi maintenant d'essayer de faire au moins aussi bien que Vincent", a-t-il déclaré jeudi lors de sa première conférence de presse en tant qu'entraîneur en chef des Mauves.

"Je veux me fondre dans la culture du club, mais je vais aussi mettre en pratique mes propres idées. Anderlecht est synonyme de football offensif", a déclaré Mazzu dans la salle de presse du Lotto Park. "Mais avant tout, je vais former un groupe. La cohésion du groupe est très importante pour moi, comme vous le savez." À la fin du mois de mai, Mazzu a été nommé pour succéder à l'icône du club, Vincent Kompany, désormais entraîneur de Burnley, en D2 anglaise.

"Je suis conscient que je remplace une icône du football belge, une icône dans le monde des entraîneurs. Kompany a joué dans l'un des meilleurs clubs d'Europe (Manchester City, ndlr). Il n'est donc pas facile de lui succéder. Je comprends que les supporters l'admirent ici. C'est maintenant à moi d'essayer de faire au moins aussi bien que Vincent. Mais je réalise qu'ils sont déçus maintenant qu'il est parti. J'ai beaucoup de respect pour mon prédécesseur."

Comme Kompany, le Carolo prévoit de continuer à donner sa chance aux jeunes. Mais le club le plus titré du pays, qui a terminé troisième la saison dernière, aspire à renouer avec le succès. Et c'est ce que Mazzu espère apporter à Anderlecht. "C'est mon objectif de poursuivre le projet du club et de Vincent ici. Mais bien sûr, nous devons trouver un bon équilibre. Les résultats doivent être au rendez-vous, tout comme un bon classement."

null, iStock
null © iStock

Felice Mazzu vient de vivre deux années exceptionnelles sur le plan professionnel. Il a aligné coup sur coup un titre en 1B (synonyme de promotion en D1) et un titre de vice-champion de Jupiler Pro League après avoir survolé la saison régulière. Son arrivée cet été à Anderlecht n'a pas plus du côté du Parc Duden. L'entraîneur n'a pas voulu aborder la question jeudi lors de son premier pont de presse en tant que T1 du RSCA.

"No comment" sur son différend avec l'Union

L'Union et Anderlecht n'ont pas encore trouvé d'accord sur le transfert de Mazzu qui était sous contrat avec les Saint-Gillois. L'Union exigerait une compensation financière importante, mais Anderlecht n'est pas disposé à la payer. "No comment", a réagi Mazzu jeudi.

"J'ai vécu deux années extraordinaires à Union, pour lesquelles je tiens à remercier le club. J'ai le plus grand respect pour eux. J'ai contribué au développement de l'Union et grâce à ce club, j'ai également progressé. Mais quand Anderlecht - qui reste le plus grand club de Belgique en termes de statut - vous contacte, vous pensez au passé mais aussi à l'avenir. J'ai fini par prendre cette décision."

À Anderlecht, Mazzu a été immédiatement impressionné par les installations du centre d'entraînement de Neerpede. Au cours de la saison à venir, le club le plus titré du pays ne pourra pas compter uniquement sur le vivier de talents. Avec l'attaquant équatorien Nilson Angulo (19 ans) et le milieu de terrain nigérian Ishaq Abdulrazak (20 ans), le RSC Anderlecht a déjà réalisé deux transferts estivaux. Mazzu pense qu'il est encore tôt pour parler de transferts supplémentaires.

Trebel recevra des opportunités de jeu

Il a toutefois indiqué qu'il donnerait des opportunités de jeu à Adrien Trebel qui a été mis sur la touche par l'ancien entraîneur d'Anderlecht, Vincent Kompany. Le milieu de terrain français revient d'un prêt à Lausanne. Mazzu se réjouit également de la collaboration avec Guillaume Gillet, qui a finalement décidé de ne pas jouer pour l'équipe U21 et de se lancer dans la carrière de coach. "Je voulais vraiment quelqu'un de supplémentaire d'autre dans mon staff. Guillaume est l'homme idéal pour cela. Il a remporté le titre de champion à quatre reprises avec le RSCA et représente la culture du club".

En 2019, Mazzu s'est vu offrir une première chance dans un club de premier plan, au KRC Genk. Mais l'Italo-Belge a été éconduit après un peu plus de quatre mois. "J'ai tiré les leçons de cette période immédiatement après. Aujourd'hui, je suis à nouveau l'homme que j'étais avant Genk."

Samedi, Anderlecht joue un premier match de préparation en vue de la nouvelle saison, contre Saint-Trond. "Chaque match est important, y compris celui-là. Je suis ici pour gagner tous les matchs. Et puis le titre suivra. Si cela arrive, je serai satisfait", a déclaré Mazzu en riant.

Felice Mazzu (56 ans) succède cette saison à Vincent Kompany au poste de T1 du RSC Anderlecht. "C'est à moi maintenant d'essayer de faire au moins aussi bien que Vincent", a-t-il déclaré jeudi lors de sa première conférence de presse en tant qu'entraîneur en chef des Mauves."Je veux me fondre dans la culture du club, mais je vais aussi mettre en pratique mes propres idées. Anderlecht est synonyme de football offensif", a déclaré Mazzu dans la salle de presse du Lotto Park. "Mais avant tout, je vais former un groupe. La cohésion du groupe est très importante pour moi, comme vous le savez." À la fin du mois de mai, Mazzu a été nommé pour succéder à l'icône du club, Vincent Kompany, désormais entraîneur de Burnley, en D2 anglaise."Je suis conscient que je remplace une icône du football belge, une icône dans le monde des entraîneurs. Kompany a joué dans l'un des meilleurs clubs d'Europe (Manchester City, ndlr). Il n'est donc pas facile de lui succéder. Je comprends que les supporters l'admirent ici. C'est maintenant à moi d'essayer de faire au moins aussi bien que Vincent. Mais je réalise qu'ils sont déçus maintenant qu'il est parti. J'ai beaucoup de respect pour mon prédécesseur."Comme Kompany, le Carolo prévoit de continuer à donner sa chance aux jeunes. Mais le club le plus titré du pays, qui a terminé troisième la saison dernière, aspire à renouer avec le succès. Et c'est ce que Mazzu espère apporter à Anderlecht. "C'est mon objectif de poursuivre le projet du club et de Vincent ici. Mais bien sûr, nous devons trouver un bon équilibre. Les résultats doivent être au rendez-vous, tout comme un bon classement." Felice Mazzu vient de vivre deux années exceptionnelles sur le plan professionnel. Il a aligné coup sur coup un titre en 1B (synonyme de promotion en D1) et un titre de vice-champion de Jupiler Pro League après avoir survolé la saison régulière. Son arrivée cet été à Anderlecht n'a pas plus du côté du Parc Duden. L'entraîneur n'a pas voulu aborder la question jeudi lors de son premier pont de presse en tant que T1 du RSCA.L'Union et Anderlecht n'ont pas encore trouvé d'accord sur le transfert de Mazzu qui était sous contrat avec les Saint-Gillois. L'Union exigerait une compensation financière importante, mais Anderlecht n'est pas disposé à la payer. "No comment", a réagi Mazzu jeudi."J'ai vécu deux années extraordinaires à Union, pour lesquelles je tiens à remercier le club. J'ai le plus grand respect pour eux. J'ai contribué au développement de l'Union et grâce à ce club, j'ai également progressé. Mais quand Anderlecht - qui reste le plus grand club de Belgique en termes de statut - vous contacte, vous pensez au passé mais aussi à l'avenir. J'ai fini par prendre cette décision." À Anderlecht, Mazzu a été immédiatement impressionné par les installations du centre d'entraînement de Neerpede. Au cours de la saison à venir, le club le plus titré du pays ne pourra pas compter uniquement sur le vivier de talents. Avec l'attaquant équatorien Nilson Angulo (19 ans) et le milieu de terrain nigérian Ishaq Abdulrazak (20 ans), le RSC Anderlecht a déjà réalisé deux transferts estivaux. Mazzu pense qu'il est encore tôt pour parler de transferts supplémentaires. Il a toutefois indiqué qu'il donnerait des opportunités de jeu à Adrien Trebel qui a été mis sur la touche par l'ancien entraîneur d'Anderlecht, Vincent Kompany. Le milieu de terrain français revient d'un prêt à Lausanne. Mazzu se réjouit également de la collaboration avec Guillaume Gillet, qui a finalement décidé de ne pas jouer pour l'équipe U21 et de se lancer dans la carrière de coach. "Je voulais vraiment quelqu'un de supplémentaire d'autre dans mon staff. Guillaume est l'homme idéal pour cela. Il a remporté le titre de champion à quatre reprises avec le RSCA et représente la culture du club". En 2019, Mazzu s'est vu offrir une première chance dans un club de premier plan, au KRC Genk. Mais l'Italo-Belge a été éconduit après un peu plus de quatre mois. "J'ai tiré les leçons de cette période immédiatement après. Aujourd'hui, je suis à nouveau l'homme que j'étais avant Genk." Samedi, Anderlecht joue un premier match de préparation en vue de la nouvelle saison, contre Saint-Trond. "Chaque match est important, y compris celui-là. Je suis ici pour gagner tous les matchs. Et puis le titre suivra. Si cela arrive, je serai satisfait", a déclaré Mazzu en riant.