"Le petit bassin a toujours été un de mes points forts", raconte-t-elle confiante. "La plupart des nageurs préfèrent le grand bassin mais le petit bassin me convient mieux car mes virages sont excellents. À Hangzhou, je serai engagée sur les différentes distances en brasse. Sur le 200m, je veux aller en finale. Il faudra faire le job dès les séries car il n'y a pas de demi-finales. Nous serons plusieurs nageuses au même niveau et cela sera serré. Il faudra que j'égale mon record de Belgique (2:18.49)." Ce record remonte à 2015 lorsque Lecluyse avait décroché le titre européen petit bassin à Netanya, en Israël. Après quelques années difficiles, Lecluyse a retrouvé de bonnes sensations et surtout des résultats cet été avec une 6e place sur 200m brasse et une 10e sur 100m à l'Euro de Glasgow. "Je suis très satisfaite de ces résultats-là. Avant cet Euro, j'avais dû effectuer un stage pour mes études d'institutrice et j'avais dû interrompre ma préparation. Malgré cela, mes temps étaient décents. En plus, j'ai réussi à me qualifier pour les Mondiaux de l'an prochain à Gwangzjiu en Corée du Sud (12-28 juillet) et ne suis pas passée loin du minimum olympique. Avec une bonne préparation, je peux certainement faire mieux." Dans deux ans à Tokyo, Lecluyse aura 28 ans et aura l'occasion de disputer ses troisièmes Jeux Olympiques après ses expériences à Londres et Rio. "À Londres, j'étais très stressée. À Rio, j'avais perdu beaucoup au niveau de la technique de nage car j'avais changé de méthode d'entraînement. Ce furent donc deux compétitions frustrantes pour moi mais je me sens désormais plus expérimentée et moins stressée. Je pourrai profiter du moment cette fois-ci et suis très confiante." (Belga)

"Le petit bassin a toujours été un de mes points forts", raconte-t-elle confiante. "La plupart des nageurs préfèrent le grand bassin mais le petit bassin me convient mieux car mes virages sont excellents. À Hangzhou, je serai engagée sur les différentes distances en brasse. Sur le 200m, je veux aller en finale. Il faudra faire le job dès les séries car il n'y a pas de demi-finales. Nous serons plusieurs nageuses au même niveau et cela sera serré. Il faudra que j'égale mon record de Belgique (2:18.49)." Ce record remonte à 2015 lorsque Lecluyse avait décroché le titre européen petit bassin à Netanya, en Israël. Après quelques années difficiles, Lecluyse a retrouvé de bonnes sensations et surtout des résultats cet été avec une 6e place sur 200m brasse et une 10e sur 100m à l'Euro de Glasgow. "Je suis très satisfaite de ces résultats-là. Avant cet Euro, j'avais dû effectuer un stage pour mes études d'institutrice et j'avais dû interrompre ma préparation. Malgré cela, mes temps étaient décents. En plus, j'ai réussi à me qualifier pour les Mondiaux de l'an prochain à Gwangzjiu en Corée du Sud (12-28 juillet) et ne suis pas passée loin du minimum olympique. Avec une bonne préparation, je peux certainement faire mieux." Dans deux ans à Tokyo, Lecluyse aura 28 ans et aura l'occasion de disputer ses troisièmes Jeux Olympiques après ses expériences à Londres et Rio. "À Londres, j'étais très stressée. À Rio, j'avais perdu beaucoup au niveau de la technique de nage car j'avais changé de méthode d'entraînement. Ce furent donc deux compétitions frustrantes pour moi mais je me sens désormais plus expérimentée et moins stressée. Je pourrai profiter du moment cette fois-ci et suis très confiante." (Belga)