"Nous avons dû travailler sur chaque incident, afin d'être prêt pour mercredi. Ce n'était pas spécialement grave mais cela nous a coûté beaucoup de temps. Nous n'avons donc pas pu rouler autant que prévu", a déploré le Courtraisien. "Les conditions n'étaient pas idéales à cause du vent. Nous espérons avoir une meilleure journée mercredi", a ponctué Vandoorne, auteur du douzième chrono, sur treize, après 38 tours. Pour Eric Bouiller, directeur de l'équipe, c'est précisément à ça que servent les essais hivernaux. "Ce n'était pas la journée espérée mais nous sommes ici pour tester notre matériel avant le début de saison. Ce n'est évidemment pas idéal mais nous allons en tirer les conclusions et revenir sur la piste avec davantage d'informations", a expliqué le Français. Stoffel Vandoorne entame sa 2e saison comme pilote titulaire chez McLaren, motorisé cette année par Renault. La saison 2018 de F1, riche de 21 Grands Prix, débutera le 25 mars à Melbourne à l'occasion du Grand Prix d'Australie. (Belga)

"Nous avons dû travailler sur chaque incident, afin d'être prêt pour mercredi. Ce n'était pas spécialement grave mais cela nous a coûté beaucoup de temps. Nous n'avons donc pas pu rouler autant que prévu", a déploré le Courtraisien. "Les conditions n'étaient pas idéales à cause du vent. Nous espérons avoir une meilleure journée mercredi", a ponctué Vandoorne, auteur du douzième chrono, sur treize, après 38 tours. Pour Eric Bouiller, directeur de l'équipe, c'est précisément à ça que servent les essais hivernaux. "Ce n'était pas la journée espérée mais nous sommes ici pour tester notre matériel avant le début de saison. Ce n'est évidemment pas idéal mais nous allons en tirer les conclusions et revenir sur la piste avec davantage d'informations", a expliqué le Français. Stoffel Vandoorne entame sa 2e saison comme pilote titulaire chez McLaren, motorisé cette année par Renault. La saison 2018 de F1, riche de 21 Grands Prix, débutera le 25 mars à Melbourne à l'occasion du Grand Prix d'Australie. (Belga)