Ferrari a installé sur la monoplace du 4e du championnat du monde un 4e moteur, au-delà des trois autorisés par an, lui valant comme pénalité un départ en queue de peloton dimanche. Samedi, Sainz avait déjà pris dix places de pénalité au départ du circuit du Castellet (sud-est) pour avoir changé un composant électronique de son moteur hybride. Il était attendu que Ferrari change l'ensemble du bloc propulseur samedi, après l'explosion impressionnante du moteur de Sainz en Autriche, où le Madrilène était sorti indemne de sa monoplace en feu. Au Canada en juin, Ferrari avait procédé de la même manière pour Charles Leclerc, en deux temps. L'actuel 2e du championnat parti de derrière, avait fini 5e. Comme Sainz, le Danois Kevin Magnussen, dont l'écurie Haas a également changé son moteur fourni par Ferrari, partira de tout derrière. Leur ordre dépendra de leurs résultats en qualification (16h00 samedi). Après 11 Grands Prix sur 22, Ferrari a connu de nombreux soucis de fiabilité contraignant ses pilotes à l'abandon à plusieurs reprises, perdant ainsi de précieux points face à la Red Bull du leader Max Verstappen. (Belga)

Ferrari a installé sur la monoplace du 4e du championnat du monde un 4e moteur, au-delà des trois autorisés par an, lui valant comme pénalité un départ en queue de peloton dimanche. Samedi, Sainz avait déjà pris dix places de pénalité au départ du circuit du Castellet (sud-est) pour avoir changé un composant électronique de son moteur hybride. Il était attendu que Ferrari change l'ensemble du bloc propulseur samedi, après l'explosion impressionnante du moteur de Sainz en Autriche, où le Madrilène était sorti indemne de sa monoplace en feu. Au Canada en juin, Ferrari avait procédé de la même manière pour Charles Leclerc, en deux temps. L'actuel 2e du championnat parti de derrière, avait fini 5e. Comme Sainz, le Danois Kevin Magnussen, dont l'écurie Haas a également changé son moteur fourni par Ferrari, partira de tout derrière. Leur ordre dépendra de leurs résultats en qualification (16h00 samedi). Après 11 Grands Prix sur 22, Ferrari a connu de nombreux soucis de fiabilité contraignant ses pilotes à l'abandon à plusieurs reprises, perdant ainsi de précieux points face à la Red Bull du leader Max Verstappen. (Belga)