"C'est déroutant. Je me rappelle être venu ici en 1996, c'était mon premier GP, et avoir vu Michael passer au premier virage. Son moteur vrombissait, je le ressentais jusque dans ma cage thoracique, c'était incroyable. Ma passion pour ce sport a encore grandi à ce moment-là", se rappelle Hamilton. "Penser que j'égale son record de pole positions, c'est irréel. Une leçon d'humilité, sachant quelle légende est Michael. Il a accompli quelque chose d'incroyable et je suis très fier d'être à ce niveau moi-aussi". Avec trois titres de champion du monde, Hamilton peut espérer égaler un autre record du pilote allemand, septuple champion du monde. "Je n'ai pas vraiment de plan au-delà de ce que je viens de faire. Mais j'ai l'intention d'être là encore un moment, donc on verra jusqu'où les chiffres peuvent grimper". Mais Hamilton n'oublie pas que la Formule 1 est aussi un sport d'équipe, qui englobe des centaines de personnes. "Quand j'ai franchi la ligne, pendant le dernier tour avant de rentrer au stand, j'ai beaucoup réfléchi. J'ai pensé à l'équipe, qui a fait un tel travail pour me donner la voiture de mes rêves. Les gens travaillent tellement dur à l'usine. J'ai la chance de travailler avec des gens fantastiques. Je suis fier d'être un maillon de cette chaîne et je veux continuer de faire progresser cette voiture et cette équipe. Je crois que nous pouvons encore en faire beaucoup. C'est ça l'objectif". (Belga)

"C'est déroutant. Je me rappelle être venu ici en 1996, c'était mon premier GP, et avoir vu Michael passer au premier virage. Son moteur vrombissait, je le ressentais jusque dans ma cage thoracique, c'était incroyable. Ma passion pour ce sport a encore grandi à ce moment-là", se rappelle Hamilton. "Penser que j'égale son record de pole positions, c'est irréel. Une leçon d'humilité, sachant quelle légende est Michael. Il a accompli quelque chose d'incroyable et je suis très fier d'être à ce niveau moi-aussi". Avec trois titres de champion du monde, Hamilton peut espérer égaler un autre record du pilote allemand, septuple champion du monde. "Je n'ai pas vraiment de plan au-delà de ce que je viens de faire. Mais j'ai l'intention d'être là encore un moment, donc on verra jusqu'où les chiffres peuvent grimper". Mais Hamilton n'oublie pas que la Formule 1 est aussi un sport d'équipe, qui englobe des centaines de personnes. "Quand j'ai franchi la ligne, pendant le dernier tour avant de rentrer au stand, j'ai beaucoup réfléchi. J'ai pensé à l'équipe, qui a fait un tel travail pour me donner la voiture de mes rêves. Les gens travaillent tellement dur à l'usine. J'ai la chance de travailler avec des gens fantastiques. Je suis fier d'être un maillon de cette chaîne et je veux continuer de faire progresser cette voiture et cette équipe. Je crois que nous pouvons encore en faire beaucoup. C'est ça l'objectif". (Belga)