Êtes-vous surpris par la domination d'Anderlecht ?

Vincent Mannaert : Ce qui est spectaculaire, c'est le nombre de points perdus par les autres ténors. C'est ce qui me frappe, de même que les casquettes prises par les petits clubs. Si Zulte Waregem et Lokeren sont deuxième et quatrième, c'est parce que le Standard, le Club et Gand ont réalisé des résultats médiocres.

Herman Van Holsbeeck : Les quatre clubs joueront les PO1. Peut-être pas Gand, qui a perdu beaucoup de qualités.

Jean-François De Sart : Genk et le Standard ont beaucoup plus investi en transferts que ceux qu'on appelle les petits clubs. Si nous continuons à acheter des joueurs d'un million ou plus, le gouffre va encore se creuser. Un club doté d'un budget de 10 millions peut faire mal à un plus grand une fois mais il ne constitue pas une menace sur un délai de trois ou quatre ans.

Vincent Mannaert : Tout dépend de la manière dont travaillent les clubs possédant un gros budget.

Herman Van Holsbeeck : Notre force réside dans le fait que toutes les personnes concernées par le football travaillent au même endroit, à Neerpede, alors qu'avant, l'école des jeunes était de l'autre côté du ring de Bruxelles par rapport au Parc Astrid. Il y avait un pont entre les deux et, pour les jeunes, la jonction était problématique. Car tous les entraîneurs ne sont pas braqués sur le blé en herbe. Il faut oser en aligner l'un ou l'autre. Nous avons cette chance à présent. Nous pensions que Praet et Bruno seraient dans les 14, pas plus. Mais John van den Brom les aligne de concert et ils apportent un plus à l'équipe.

Jean-François De Sart : C'est notre philosophie depuis des années. Nous avons aligné cinq joueurs qui évoluent en U21 contre Genk, en Coupe.

Herman Van Holsbeeck : La compétition NextGen offre des matches plus relevés aux espoirs. Nous pensions ne pas avoir de bons défenseurs car ils jouaient dans le camp adverse 80% du temps, sans jamais être sous pression, mais après trois matches de NextGen, j'ai offert un contrat pro à Chancel Mbemba et à Michael Heylen car ils ont montré ce dont ils étaient capables. Van den Brom m'a même dit: " Laisse partir tel et tel joueur du noyau et je prends les jeunes à leur place. " Avant, nous préférions acheter un étranger.

Par Pierre Bilic, Geert Foutré et Jan Hauspie

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans votre Sport/Foot Magazine

Êtes-vous surpris par la domination d'Anderlecht ?Vincent Mannaert : Ce qui est spectaculaire, c'est le nombre de points perdus par les autres ténors. C'est ce qui me frappe, de même que les casquettes prises par les petits clubs. Si Zulte Waregem et Lokeren sont deuxième et quatrième, c'est parce que le Standard, le Club et Gand ont réalisé des résultats médiocres.Herman Van Holsbeeck : Les quatre clubs joueront les PO1. Peut-être pas Gand, qui a perdu beaucoup de qualités.Jean-François De Sart : Genk et le Standard ont beaucoup plus investi en transferts que ceux qu'on appelle les petits clubs. Si nous continuons à acheter des joueurs d'un million ou plus, le gouffre va encore se creuser. Un club doté d'un budget de 10 millions peut faire mal à un plus grand une fois mais il ne constitue pas une menace sur un délai de trois ou quatre ans.Vincent Mannaert : Tout dépend de la manière dont travaillent les clubs possédant un gros budget. Herman Van Holsbeeck : Notre force réside dans le fait que toutes les personnes concernées par le football travaillent au même endroit, à Neerpede, alors qu'avant, l'école des jeunes était de l'autre côté du ring de Bruxelles par rapport au Parc Astrid. Il y avait un pont entre les deux et, pour les jeunes, la jonction était problématique. Car tous les entraîneurs ne sont pas braqués sur le blé en herbe. Il faut oser en aligner l'un ou l'autre. Nous avons cette chance à présent. Nous pensions que Praet et Bruno seraient dans les 14, pas plus. Mais John van den Brom les aligne de concert et ils apportent un plus à l'équipe. Jean-François De Sart : C'est notre philosophie depuis des années. Nous avons aligné cinq joueurs qui évoluent en U21 contre Genk, en Coupe.Herman Van Holsbeeck : La compétition NextGen offre des matches plus relevés aux espoirs. Nous pensions ne pas avoir de bons défenseurs car ils jouaient dans le camp adverse 80% du temps, sans jamais être sous pression, mais après trois matches de NextGen, j'ai offert un contrat pro à Chancel Mbemba et à Michael Heylen car ils ont montré ce dont ils étaient capables. Van den Brom m'a même dit: " Laisse partir tel et tel joueur du noyau et je prends les jeunes à leur place. " Avant, nous préférions acheter un étranger.Par Pierre Bilic, Geert Foutré et Jan HauspieRetrouvez l'intégralité de l'interview dans votre Sport/Foot Magazine