"C'est une course que j'ai toujours voulu gagner, alors c'est agréable d'être enfin là à pouvoir me réjouir. Hier (mardi), nous avons pris le contrôle trop tôt avec l'équipe et ça a mal tourné dans le sprint. Aujourd'hui, notre approche était meilleure". Pourtant l'attaque de Pogacar, après le sprint bonification, en compagnie de son équipier Soler, Alaphilippe et Tao Geoghegan Hart, a failli briser son ambition. "Pendant un moment, il y a eu un peu de panique et j'ai dû utiliser beaucoup de coéquipiers à cause de cette attaque tardive, parce qu'on ne peut pas donner beaucoup d'espace à ces gars-là. Au final, je me suis retrouvé seul dans la finale, mais entre-temps, mes coéquipiers avaient ramené le peloton. C'était à moi de faire le travail. Tout à la fin, j'ai vu qu'il restait un homme à Arnaud Démare. Ça avait l'air bien, alors j'ai choisi sa roue. Je devais aborder le dernier virage avec les trois ou quatre premiers coureurs et j'ai réussi. Ensuite, il y avait le finish qui me convenait bien." Ce troisième succès de l'année, après des étapes au Saudi Tour et au Tour des Alpes Maritimes et du Var, est dans le cadre d'une épreuve du WorldTour. "C'est très important. Je voulais bien commencer l'année et cela m'a réussi. La condition est bonne et ce sera nécessaire pour mon grand objectif : Milan-Sanremo." Caleb Ewan a déjà terminé la "Primavera" deuxième à deux reprises en 2018 et l'an dernier. (Belga)

"C'est une course que j'ai toujours voulu gagner, alors c'est agréable d'être enfin là à pouvoir me réjouir. Hier (mardi), nous avons pris le contrôle trop tôt avec l'équipe et ça a mal tourné dans le sprint. Aujourd'hui, notre approche était meilleure". Pourtant l'attaque de Pogacar, après le sprint bonification, en compagnie de son équipier Soler, Alaphilippe et Tao Geoghegan Hart, a failli briser son ambition. "Pendant un moment, il y a eu un peu de panique et j'ai dû utiliser beaucoup de coéquipiers à cause de cette attaque tardive, parce qu'on ne peut pas donner beaucoup d'espace à ces gars-là. Au final, je me suis retrouvé seul dans la finale, mais entre-temps, mes coéquipiers avaient ramené le peloton. C'était à moi de faire le travail. Tout à la fin, j'ai vu qu'il restait un homme à Arnaud Démare. Ça avait l'air bien, alors j'ai choisi sa roue. Je devais aborder le dernier virage avec les trois ou quatre premiers coureurs et j'ai réussi. Ensuite, il y avait le finish qui me convenait bien." Ce troisième succès de l'année, après des étapes au Saudi Tour et au Tour des Alpes Maritimes et du Var, est dans le cadre d'une épreuve du WorldTour. "C'est très important. Je voulais bien commencer l'année et cela m'a réussi. La condition est bonne et ce sera nécessaire pour mon grand objectif : Milan-Sanremo." Caleb Ewan a déjà terminé la "Primavera" deuxième à deux reprises en 2018 et l'an dernier. (Belga)