Cette double confrontation belgo-russe survient alors qu'Anderlecht s'apprête à entamer les play-offs I. "Ce match tombe mal, alors que nous allons commencer à jouer beaucoup de matches", déclare René Weiler, l'entraîneur d'Anderlecht, à la veille de la rencontre. "Si nous nous qualifions, nous n'aurons plus beaucoup de temps de repos, mais gagner nous donne plus de confiance, c'est aussi un point positif. Nous jouons de toute façon nos matches pour les gagner, et notre objectif est de nous qualifier". René Weiler ne cache pas qu'il compte faire tourner son effectif face au Zenit. "Il y aura quelques changements, mais je ne peux pas encore dire qui jouera. Nous avons plusieurs joueurs capables de faire un bon match, j'ai confiance en tout le monde". Le Suisse devra cependant se passer de Kara Mbodji et Dennis Appiah, blessés. "Je pense que tous les deux seront prêts au plus tard dimanche", assure Weiler. Au contraire d'Anderlecht, le Zenit n'a pas encore joué de match officiel cette saison, la trêve en Russie ne se terminant qu'en mars. "Ca peut être un avantage, mais aussi un inconvénient", selon le coach suisse. "Les joueurs du Zenit n'ont pas encore le rythme de la compétition dans les jambes, mais d'un autre côté, comme c'est leur premier match, ils voudront signer une bonne prestation". Ce sera la 3e confrontation en sept ans et la 5e de leur histoire entre Anderelcht et le Zenit. Les Russes en ont gagnées trois. "On ne peut pas comparer avec les équipes qui ont joué ici ces dernières années. Le Zenit a perdu des stars, comme Axel Witsel, mais ils ont engagé d'autres stars. C'est une équipe avec des grands noms et de nombreuses qualités. Ils sont très forts. Je m'attends à un match difficile". (Belga)

Cette double confrontation belgo-russe survient alors qu'Anderlecht s'apprête à entamer les play-offs I. "Ce match tombe mal, alors que nous allons commencer à jouer beaucoup de matches", déclare René Weiler, l'entraîneur d'Anderlecht, à la veille de la rencontre. "Si nous nous qualifions, nous n'aurons plus beaucoup de temps de repos, mais gagner nous donne plus de confiance, c'est aussi un point positif. Nous jouons de toute façon nos matches pour les gagner, et notre objectif est de nous qualifier". René Weiler ne cache pas qu'il compte faire tourner son effectif face au Zenit. "Il y aura quelques changements, mais je ne peux pas encore dire qui jouera. Nous avons plusieurs joueurs capables de faire un bon match, j'ai confiance en tout le monde". Le Suisse devra cependant se passer de Kara Mbodji et Dennis Appiah, blessés. "Je pense que tous les deux seront prêts au plus tard dimanche", assure Weiler. Au contraire d'Anderlecht, le Zenit n'a pas encore joué de match officiel cette saison, la trêve en Russie ne se terminant qu'en mars. "Ca peut être un avantage, mais aussi un inconvénient", selon le coach suisse. "Les joueurs du Zenit n'ont pas encore le rythme de la compétition dans les jambes, mais d'un autre côté, comme c'est leur premier match, ils voudront signer une bonne prestation". Ce sera la 3e confrontation en sept ans et la 5e de leur histoire entre Anderelcht et le Zenit. Les Russes en ont gagnées trois. "On ne peut pas comparer avec les équipes qui ont joué ici ces dernières années. Le Zenit a perdu des stars, comme Axel Witsel, mais ils ont engagé d'autres stars. C'est une équipe avec des grands noms et de nombreuses qualités. Ils sont très forts. Je m'attends à un match difficile". (Belga)