Europa League : qui du Standard et de Genk pour rejoindre le Club de Bruges en seizièmes

13/12/18 à 09:30 - Mise à jour à 09:30

Source: Belga

Le Standard est peut-être à 90 minutes de son grand retour en phase à élimination directe de l'Europa League de football, sept ans après sa dernière participation, qui l'avait même vu franchir le cap avant d'échouer contre Hanovre (2-2 et 4-0) en huitièmes. Le capitaine Sébastien Pocognoli, le seul rescapé de cette époque, actuellement indisponible, avait affronté ses anciens équipiers à cette occasion.

Europa League : qui du Standard et de Genk pour rejoindre le Club de Bruges en seizièmes

Genk, le leader de notre championnat, a son sort en mains, mais pas encore le ticket pour les seizièmes en sa possession... © BELGA

Malheureusement pour le Standard malgré les neuf points conquis dans le Groupe J lors des cinq premières journées, dont des succès héroïques contre Krasnodar (2-1) et le FC Séville (1-0), il n'a pas pour autant son sort en mains.

Il doit en effet compter sur une défaite, voire un nul, des Andalous contre Krasnodar. Les Russes, malgré leurs 12 unités, pourraient encore passer à la trappe en cas de large défaite conjuguée à une victoire du Standard.

En outre, si le Standard avait gagné le match-aller 2-1, contre Akhisarspor, le bonnet d'âne du groupe avec zéro point, l'équipe turque, qui était 16e de son championnat, avec seulement 5 points, à l'époque, en a raflé 11 en huit matches depuis. Elle a même battu le grand Fenerbahce, certes à la dérive cette saison, 3-0, le week-end passé, pour bondir ainsi à la 14e place de la Super Lig, hors de la zone des relégables.

Bref s'il n'a plus rien à espérer sur la scène européenne depuis longtemps, Akhisarspor pourrait se donner pour objectif de poursuivre sur la voie de son spectaculaire redressement en clôturant en beauté son parcours dramatique dans le Groupe J jeudi (18h55) contre le Standard.

L'enjeu du match est aussi financier, la victoire rapportant quand même 570.000 euros, et la qualification via la seconde place, hors de portée d'Akhisarspor, un million.

Sans compter le coefficient UEFA, où malgré les malheurs d'Anderlecht, la Belgique occupe toujours sa très précieuse huitième place.

Paradoxalement Genk, le leader de notre championnat, qui compte un point de moins que le Standard dans le Groupe I, a lui son sort en mains, mais pas encore le ticket pour les seizièmes en sa possession.

Il lui faut en effet prendre un point contre les Norvégiens de Sarpsborg 08, la seule équipe qui l'a battu, 3-1, au match-aller, alors qu'il conservera sa première place et empochera 2,07 millions, s'il l'emporte jeudi soir (18h55) à la Luminus Arena.

Cette obligation de résultat ne devrait pas avoir d'effets néfastes pour Genk, même si son inlassable activité sur les trois fronts - déjà 31 matches au compteur cette saison - pourrait à la longue finir par... lasser les organismes.

Mais l'entraîneur Philippe Clement s'est montré clair: on joue à fond sur tous les tableaux, pour le moment du moins.

Il reste trois matches de championnat (contre Ostende, Gand et à Eupen) et un quart de finale de coupe (à l'Union) au programme des limbourgeois avant le Nouvel An.

Il y a deux ans lors de sa dernière participation à l'épreuve, Anderlecht avait fait trembler le futur vainqueur, Manchester United, en quart de finale.

Depuis, l'entraîneur Réné Weiler, auquel il était reproché de dénaturer le beau jeu à l'anderlechtoise qui était la fierté du club, a été renvoyé chez lui à Zürich, même s'il entraîne Lucerne.

Mais son successeur, Hein Vanhaezebrouck n'a jusqu'à présent pas été en mesure de démontrer, très loin de là même, que dominer l'adversaire et s'installer dans son camp rapporte généralement la victoire. Aucune n'a d'ailleurs été obtenue lors des cinq premières journées du Groupe D (2 points sur 15 !), pas le plus relevé pourtant.

De plus le club a été revendu à la hâte pour des raisons extrasportives la saison passée. Et même bien revendu, de l'avis général.

Le milliardaire Marc Coucke qui a débarqué avec son homme de confiance Luc Devroe, et plusieurs joueurs d'Ostende, une équipe du playoff II, doit cependant aujourd'hui constater que le Sporting est à la traîne à 8 points du Racing Genk en championnat, éliminé (0-3, par l'Union Saint-Gilloise) en Coupe de Belgique, et en Europa League, ce qui ne lui était encore jamais arrivé en phase de poules.

Bref, il ne lui reste plus qu'à essayer de s'imposer ce jeudi soir (21 heures) au Dynamo Zagreb, déjà assuré avec ses 13 points de terminer premier du groupe.

Les mauves quitteraient ainsi la compétition la tête basse, mais quand même sur une bonne note, les 570.000 euros de la (peu probable) victoire en poche, et en ayant apporté leur (modeste) contribution au coefficient UEFA belge.

Nos partenaires