"On a pas été loin de faire le match parfait", a directement lancé Michel Preud'homme en conférence de presse. "L'objectif premier était de gagner et essayer d'en marquer trois en fonction du déroulement dans l'autre match du groupe. Malheureusement, le troisième n'est jamais tombé." Si Arsenal a remonté le Standard dans les dernières minutes, le scénario a été identique à Francfort où le Vitoria a inversé la tendance en Allemagne. Passé à un but de la qualification, le T1 liégeois a tiré un bilan positif de cette campagne continentale. "Je suis satisfait du travail accompli et fier du résultat. Il y a aussi un peu de déception vu le résultat de l'autre match mais on ne pouvait pas le savoir." Malgré son élimination, le Standard a conservé son brevet d'invincibilité à domicile en Europe, lui qui n'a plus été battu depuis 12 matches et une défaite 0-3 concédée face à Feyenoord en décembre 2014. "On a fait une bonne campagne, tout s'est décidé dans les derniers instants et nous n'avons pas pu changer le cours des choses. L'année dernière, on a été éliminé avec 10 points, cette fois c'est 8." "Notre jeu prend forme et fonctionne même au haut niveau, à l'exception de notre défaite à Arsenal (4-0)", a dit Preud'homme en évoquant le point positif des six matches européens du Standard. "A l'avenir, il faudra s'améliorer en déplacement, être capable de pouvoir mieux prester même loin de nos bases", a souligné le T1 liégeois. Le Standard, qui menait 2-0 grâce à Samuel Bastien (47e) et Selim Amallah (69e), a vu les Gunners inverser la tendance dans le dernier quart d'heure. "La qualité de l'adversaire a fait la différence. Même si Arsenal a aligné des jeunes, il ne faut pas croire qu'ils ne sont pas capables de jouer au top niveau. Le centre est parfait sur le premier but, comme le 'une-deux' sur le second", a ponctué 'MPH'. Au bout du compte, le Standard pourra nourrir quelques regrets, notamment à la suite de sa courte défaite à Francfort (2-1) et de son partage à Guimaraes (1-1). (Belga)

"On a pas été loin de faire le match parfait", a directement lancé Michel Preud'homme en conférence de presse. "L'objectif premier était de gagner et essayer d'en marquer trois en fonction du déroulement dans l'autre match du groupe. Malheureusement, le troisième n'est jamais tombé." Si Arsenal a remonté le Standard dans les dernières minutes, le scénario a été identique à Francfort où le Vitoria a inversé la tendance en Allemagne. Passé à un but de la qualification, le T1 liégeois a tiré un bilan positif de cette campagne continentale. "Je suis satisfait du travail accompli et fier du résultat. Il y a aussi un peu de déception vu le résultat de l'autre match mais on ne pouvait pas le savoir." Malgré son élimination, le Standard a conservé son brevet d'invincibilité à domicile en Europe, lui qui n'a plus été battu depuis 12 matches et une défaite 0-3 concédée face à Feyenoord en décembre 2014. "On a fait une bonne campagne, tout s'est décidé dans les derniers instants et nous n'avons pas pu changer le cours des choses. L'année dernière, on a été éliminé avec 10 points, cette fois c'est 8." "Notre jeu prend forme et fonctionne même au haut niveau, à l'exception de notre défaite à Arsenal (4-0)", a dit Preud'homme en évoquant le point positif des six matches européens du Standard. "A l'avenir, il faudra s'améliorer en déplacement, être capable de pouvoir mieux prester même loin de nos bases", a souligné le T1 liégeois. Le Standard, qui menait 2-0 grâce à Samuel Bastien (47e) et Selim Amallah (69e), a vu les Gunners inverser la tendance dans le dernier quart d'heure. "La qualité de l'adversaire a fait la différence. Même si Arsenal a aligné des jeunes, il ne faut pas croire qu'ils ne sont pas capables de jouer au top niveau. Le centre est parfait sur le premier but, comme le 'une-deux' sur le second", a ponctué 'MPH'. Au bout du compte, le Standard pourra nourrir quelques regrets, notamment à la suite de sa courte défaite à Francfort (2-1) et de son partage à Guimaraes (1-1). (Belga)