Bruges : battre Debrecen comme en 2003 Jusqu'à peu, la Hongrie était un gage de réussite pour les clubs belges, preuve en est la qualification des Brugeois face à Debrecen, il y a 9 ans en 16es de finale de la Coupe UEFA. Depuis, la donne a changé. Il y a quelques semaines à peine, Videoton, un club bien plus modeste que Debrecen, a facilement écarté La Gantoise dans la course à l'Europa League. Prudence donc pour les Brugeois.

Prudence, mais il ne faut pas exagérer non plus. Le Club est favori dans ce match de barrages et il doit le faire comprendre aux Hongrois dès ce soir. Les Blauw en Zwart sont en forme, à l'instar de Refaelov et Meunier, et doivent s'imposer dès ce jeudi sur le terrain de Debrecen.

Un échec est inconcevable du côté de la direction brugeoise. Sur le terrain, Georges Leekens comptera sur son armada offensive, mais également sur la solidité de son capitaine Ryan Donk. Le Néerlandais sera chargé de contrer les assauts de deux vieilles connaissances de notre championnat : Ibrahima Sidibé et Adamo Coulibaly, deux ex-Trudonaires.

Genk : Lucerne est en pleine crise Le Racing Genk se déplace à Lucerne en grand favori ce jeudi. Les Suisses, qui ont pourtant presque réussi à tenir la dragée haute au FC Bâle l'an passé, sont en pleine crise interne. Ce sera quitte ou double pour Genk.

D'un côté, Lucerne est dans un tel état qu'il sera peut-être incapable de redresser la barre après un 2 sur 18 en championnat qui a coûté sa place au coach Murat Yakin. Mais d'un autre côté, l'arrivée du nouveau T1, Ryszard Komornicki, pourrait galvaniser les joueurs voulant lui prouver leur réelle valeur.

Genk est sous pression : la direction veut absolument atteindre les poules de l'Europa League : "c'est très important pour maintenir la progression sportive du club", explique le Directeur général, Dirk Degraen, à La Dernière Heure. Le pactole n'est pas le même qu'il y a un an en C1 mais le statut du club est en jeu.

Lokeren : contrer le gros Pavel Hovrath du Viktoria Plzen

Tout est faisable pour les Waeslandiens de Lokeren. Comme à leur habitude, les hommes de Peter Maes sont capables du meilleur comme du pire. Face au Viktoria Plzen, au Stade Roi Baudouin (le Daknam ne répondant pas aux normes) , il faudra être solide.

Si les Tchèques sont privés de leur médian international, Daniel Kolar, ils n'en restent pas moins dangereux. Troisième de la dernière Gambrinus League, Plzen possède un tempérament offensif dont Lokeren devra savamment profiter.

Peter Maes a observé les forces du Viktoria : "c'est extraordinaire d'avoir autant de qualités avec si peu de moyens", s'extasie le coach de Lokeren dans la DH. "Pavel Horvath (37 ans) est un peu leur plaque tournante dans l'entrejeu. Il est plutôt gros, mais tous les bons ballons partent de son pied. Nous devrons le tenir à l'oeil."

Sportfootmagazine.be

Bruges : battre Debrecen comme en 2003 Jusqu'à peu, la Hongrie était un gage de réussite pour les clubs belges, preuve en est la qualification des Brugeois face à Debrecen, il y a 9 ans en 16es de finale de la Coupe UEFA. Depuis, la donne a changé. Il y a quelques semaines à peine, Videoton, un club bien plus modeste que Debrecen, a facilement écarté La Gantoise dans la course à l'Europa League. Prudence donc pour les Brugeois. Prudence, mais il ne faut pas exagérer non plus. Le Club est favori dans ce match de barrages et il doit le faire comprendre aux Hongrois dès ce soir. Les Blauw en Zwart sont en forme, à l'instar de Refaelov et Meunier, et doivent s'imposer dès ce jeudi sur le terrain de Debrecen. Un échec est inconcevable du côté de la direction brugeoise. Sur le terrain, Georges Leekens comptera sur son armada offensive, mais également sur la solidité de son capitaine Ryan Donk. Le Néerlandais sera chargé de contrer les assauts de deux vieilles connaissances de notre championnat : Ibrahima Sidibé et Adamo Coulibaly, deux ex-Trudonaires. Genk : Lucerne est en pleine crise Le Racing Genk se déplace à Lucerne en grand favori ce jeudi. Les Suisses, qui ont pourtant presque réussi à tenir la dragée haute au FC Bâle l'an passé, sont en pleine crise interne. Ce sera quitte ou double pour Genk. D'un côté, Lucerne est dans un tel état qu'il sera peut-être incapable de redresser la barre après un 2 sur 18 en championnat qui a coûté sa place au coach Murat Yakin. Mais d'un autre côté, l'arrivée du nouveau T1, Ryszard Komornicki, pourrait galvaniser les joueurs voulant lui prouver leur réelle valeur. Genk est sous pression : la direction veut absolument atteindre les poules de l'Europa League : "c'est très important pour maintenir la progression sportive du club", explique le Directeur général, Dirk Degraen, à La Dernière Heure. Le pactole n'est pas le même qu'il y a un an en C1 mais le statut du club est en jeu. Lokeren : contrer le gros Pavel Hovrath du Viktoria Plzen Tout est faisable pour les Waeslandiens de Lokeren. Comme à leur habitude, les hommes de Peter Maes sont capables du meilleur comme du pire. Face au Viktoria Plzen, au Stade Roi Baudouin (le Daknam ne répondant pas aux normes) , il faudra être solide. Si les Tchèques sont privés de leur médian international, Daniel Kolar, ils n'en restent pas moins dangereux. Troisième de la dernière Gambrinus League, Plzen possède un tempérament offensif dont Lokeren devra savamment profiter. Peter Maes a observé les forces du Viktoria : "c'est extraordinaire d'avoir autant de qualités avec si peu de moyens", s'extasie le coach de Lokeren dans la DH. "Pavel Horvath (37 ans) est un peu leur plaque tournante dans l'entrejeu. Il est plutôt gros, mais tous les bons ballons partent de son pied. Nous devrons le tenir à l'oeil." Sportfootmagazine.be