"Les supporters turcs ont chargé un stadier et l'ont blessé, a indiqué un photographe de l'AFP. "Les (20.000, ndlr) supporters brandissent de grands drapeaux turcs." Par ailleurs, à l'entrée du virage Nord du Parc, les premiers incidents entre supporters lyonnais et turcs ont éclaté vers 19 heures avec des jets de bombes lacrymogènes. Auparavant, quelques Turcs venus d'Allemagne s'étaient rendus dans l'OL Store du stade pour acheter des billets, ce qui leur a été refusé car le match se joue à guichets fermés. En colère, ils ont brisé deux portes vitrées du magasin et mis la boutique sens dessus dessous. Ils ont été dispersés par la sécurité sans arrestation. Plusieurs mouvements de foule ont également eu lieu et les CRS ont chargé à plusieurs reprises. Le match a été placé au niveau maximum de risque (4 sur 4) par les autorités françaises. Un millier d'agents stadiers assurent la sécurité du match dont le coup d'envoi prévu à 21h05 a dû être retardé. (Belga)

"Les supporters turcs ont chargé un stadier et l'ont blessé, a indiqué un photographe de l'AFP. "Les (20.000, ndlr) supporters brandissent de grands drapeaux turcs." Par ailleurs, à l'entrée du virage Nord du Parc, les premiers incidents entre supporters lyonnais et turcs ont éclaté vers 19 heures avec des jets de bombes lacrymogènes. Auparavant, quelques Turcs venus d'Allemagne s'étaient rendus dans l'OL Store du stade pour acheter des billets, ce qui leur a été refusé car le match se joue à guichets fermés. En colère, ils ont brisé deux portes vitrées du magasin et mis la boutique sens dessus dessous. Ils ont été dispersés par la sécurité sans arrestation. Plusieurs mouvements de foule ont également eu lieu et les CRS ont chargé à plusieurs reprises. Le match a été placé au niveau maximum de risque (4 sur 4) par les autorités françaises. Un millier d'agents stadiers assurent la sécurité du match dont le coup d'envoi prévu à 21h05 a dû être retardé. (Belga)