JOUE-LA COMME MARADONA

Au début de chaque tournoi, une certaine nostalgie envahit les coeurs. C'est aussi le cas mercredi, lors de notre première visite au camp de base des Diables rouges. Tout est parfaitement organisé, on ne peut faire aucun commentaire à ce propos, c'est clair. Les règles? Il faut annoncer sa visite 48 heures à l'avance, un parking est prévu pour la voiture, on reçoit un bracelet avec QR code, qui est scanné à l'entrée et à la sortie du domaine. Les installations sont parfaites. Il y a de grandes tentes, avec catering, le wifi, du café, des tables, des coins-salons et un espace réservé aux interviews, où les joueurs répondent à toutes les questions. Ceux qui n'ont pas envie de se déplacer peuvent s'inscrire à domicile via le lien Zoom. Ou, comme vendredi soir, tout suivre à distance, depuis leur véhicule, sur un parking devant le stade. Il s'agit là d'une énorme opération logistique, menée à bien avec le soutien de Proximus.
...

Au début de chaque tournoi, une certaine nostalgie envahit les coeurs. C'est aussi le cas mercredi, lors de notre première visite au camp de base des Diables rouges. Tout est parfaitement organisé, on ne peut faire aucun commentaire à ce propos, c'est clair. Les règles? Il faut annoncer sa visite 48 heures à l'avance, un parking est prévu pour la voiture, on reçoit un bracelet avec QR code, qui est scanné à l'entrée et à la sortie du domaine. Les installations sont parfaites. Il y a de grandes tentes, avec catering, le wifi, du café, des tables, des coins-salons et un espace réservé aux interviews, où les joueurs répondent à toutes les questions. Ceux qui n'ont pas envie de se déplacer peuvent s'inscrire à domicile via le lien Zoom. Ou, comme vendredi soir, tout suivre à distance, depuis leur véhicule, sur un parking devant le stade. Il s'agit là d'une énorme opération logistique, menée à bien avec le soutien de Proximus. Toutefois, ce professionnalisme réduit à néant la spontanéité d'antan. Finis les entretiens conviviaux avec un Diable autour d'un café. On regrette l'époque où la préparation se déroulait à Kraainem, au premier étage d'un petit bâtiment où on se trébuchait sur les sacs sportifs, mais où on avait vue imprenable sur l'étang. L'accès était encore gardé par Guido, un employé de la Fédération au quotidien, mais bombardé responsable de la sécurité pendant les tournois. Au lieu d'un bracelet, on avait droit à une poignée de mains et quand l'entraînement se déroulait le week-end ou le mercredi après-midi, on emmenait les enfants, qui avaient en plus droit à un bisou des joueurs wallons et à une poignée de mains des Flamands. Un jour, on a emmené un futur petit footeux, de huit ou neuf ans. Quand le ballon a roulé vers lui, il a spontanément commencé à jongler avec, à la Maradona, en mode Life is life. Il a fait sauter le ballon quelques fois avant que les Diables, qui attendaient patiemment, puissent reprendre l'entraînement. Il joue désormais pour le Cercle Bruges. Parfois, le talent émerge tôt. Ceci dit, le terrain de Kraainem était trop étroit pour y travailler les phases de jeu. Certaines choses se sont donc tout de même améliorées. "Provocation politique": c'est comme ça qu'un membre du parlement russe a décrit le maillot conçu pour les internationaux ukrainiens à l'EURO. Sur cette tunique, il y a une carte représentant les contours du pays. Et elle intègre la Crimée, que les Russes considèrent comme faisant partie de leur territoire. Les régions de Donetsk et Luhansk, séparatistes, y sont aussi représentées. Polémique également en Macédoine du Nord. Un nouveau maillot a été conçu pour célébrer la première participation à une phase finale, mais les supporters ne l'aiment pas et ils ont durement réagi. Résultat: la Fédération a demandé à l'UEFA l'autorisation d'utiliser finalement l'ancienne tenue. À Zeist, les Pays-Bas ont aménagé une série de sculptures dans le jardin de la Fédération. On y découvre entre autres une reproduction de Johan Cruijff, Rinus Michels et Wim van Hanegem. Depuis la semaine passée, on y a ajouté une statue de bronze de Sarina Wiegman. Celle-ci a conduit les Oranje Leeuwinnen au triomphe à l'EURO 2017 et à la finale du Mondial 2019 en tant que coach. Elle prendra les rênes de l'Angleterre dans la foulée des JO de Tokyo. C'est peut-être une idée pour l'UB comme pour Belgium Cycling, la Fédé de cyclisme dont le siège est juste à côté de ses homologues du football. Par ailleurs, on peut s'étonner que Tubize soit le siège des deux sports les plus populaires du pays. Soit, l'idée paraît bonne: des sélectionneurs et d'autres coaches qui échangent des informations entre les statues de Tom Boonen et Romelu Lukaku. Et pourquoi pas représenter Paul Van Himst et Eddy Merckx main dans la main, après tout, puisqu'ils sont amis... Les records, Cristiano Ronaldo les empile. Il suffit qu'il monte une minute sur le terrain à partir de vendredi pour en détenir un de plus à l'EURO: comme lui, 17 joueurs ont participé à quatre reprises au championnat d'Europe, mais aucun n'en a encore disputé cinq d'affilée. S'il inscrit un but, il empochera un deuxième record. Michel Platini a marqué neuf fois à l'EURO 1984. Ronaldo atteint le même score en quatre tournois. C'est l'âge moyen de 26 Diables et des Suédois. Ces deux pays ont le noyau le plus âgé du tournoi. La Turquie est la sélection la plus jeune, 25 ans en moyenne, mais l'Angleterre la talonne, avec une moyenne de 25,4 ans. Les deux finalistes de la Champions Leangue sont les principaux fournisseurs de cet EURO: quinze sélectionnés chacun. Le Bayern suit avec quatorze représentants. La Juventus en compte douze, Manchester United onze. Le Dynamo Kiev est étonnamment bien classé, avec onze joueurs. La répartition entre les différentes compétitions nationales? 118 internationaux se produisent en Premier League, nonante en Bundesliga, septante en Serie A. L'Espagne est en retrait avec seulement 39 représentants. Notre Pro League en compte dix. À souligner: sept joueurs présents à l'EURO évoluent en MLS. L'ambiance ne sera pas la même dans tous les stades. Chaque ville participante doit respecter les normes imposées par son gouvernement, à cause de la pandémie. Le nombre de supporters est donc limité. Voici le nombre maximum par ville. Par facilité, nous avons effectué le classement de la plus forte assistance à la plus basse. On est curieux de voir si la Hongrie tirera bénéfice de sa capacité plus large face au Portugal et à la France... Puskas Arena Budapest, Hongrie 67.000 Krestovsky Stadion Saint-Pétersbourg, Russie 34.000 Stade Olympique Bakou, Azerbaïdjan 34.000 Wembley Londres, Angleterre 22.500 Stadio Olimpico Rome, Italie 17.500 Allianz Arena Munich, Allemagne 14.500 La Cartuja Séville, Espagne 13.165 Arena Nationala Bucarest, Roumanie 13.000 Hampden Park Glasgow, Écosse 13.000 Johan Cruijff Arena Amsterdam, Pays-Bas 12.000 Parken Stadium Copenhague, Danemark 12.000