Les vainqueurs des trois groupes et le meilleur deuxième rejoindront le dernier carré. Autant dire que les jeunes Belges se sont grandement compliqué la tâche en perdant contre la Pologne, sur papier l'adversaire le plus abordable. Car avec l'Espagne, ce mercredi, et l'Italie, samedi, deux fameux morceaux attendent les troupes de Walem dans les prochains jours. L'Espagne justement est elle aussi dos au mur après sa défaite 3-1 face à l'Italie. Avec des joueurs comme Borja Mayoral (prêté par le Real Madrid à Levante), Fabian Ruiz (Naples), Carlos Soler (Valence) et Dani Ceballos (Real Madrid), auteur d'un splendide but contre l'Italie, l'Espagne possède de nombreux atouts. Face à la 'Rojita', la Belgique pourrait évoluer en contre et profiter de la vitesse de ses joueurs de flanc, Dodi Lukebakio et Isaac Mbenza. "C'est une option intéressante et qui est dans l'ADN de cette équipe. On peut très vite repartir vers l'avant et faire la différence", a déclaré Walem en conférence de presse mardi. La clé, selon le sélectionneur, sera d'être "plus efficaces dans tous les domaines" par rapport au match de dimanche, où la Belgique a dominé, mené et manqué le break avant d'encaisser trois buts. L'arbitre de la rencontre sera le Letton Andris Treimanis. (Belga)